Interview de Nicolas Baulieu, réalisateur du documentaire : "Annie Girardot, ainsi va la vie"

01 mars 2011 - 17:52 | 16 commentaire(s)

ANNIE GIRARDOT
Dans son film, Annie Girardot, ainsi va la vie, Nicolas Baulieu a entrelacé avec tact les images du quotidien difficile d'une femme atteinte par la maladie d'Alzheimer avec un bel hommage à la formidable carrière de l'actrice.


TF1 rediffuse le documentaire consacré à l'artrice MARDI 1er MARS à 22:55. 
Cet article a été rédigé pour la première diffusion du documentaire, le 21 septembre 2008.
 
Nicolas Baulieu est entré dans la vie d'Annie Girardot au début des années 90, alors qu'il préparait un documentaire sur Marcel Carné. L'actrice, elle, faisait partie de la vie du réalisateur depuis toujours. Il avoue volontiers avoir été l'un de ses plus grands fans. En 2004, il a réalisé Comme au cinéma, pour Son et lumière : un portrait de la comédienne sur les joies et les déboires du métier. Il savait déjà qu'elle était malade. 
 

Une oeuvre collégiale
Le 21 septembre 2006, quand Paris-Match révèle qu'Annie Girardot est atteinte de la maladie d'Alzheimer, le réalisateur et sa productrice Hélène Badinter travaillent déjà avec TF1, sur un documentaire qui serait consacré à Annie Girardot, le monstre sacré, et à son quotidien de femme malade. «J'avais envie de parler de la maladie à travers Annie. On avait déjà un peu évoqué cela tous les deux, bien plus tôt... Mais ce qui m'a surtout décidé, c'est la volonté de ma productrice Hélène Badinter et de la responsable des documentaires à TF1, Reine Bensaïd. Elles m'ont convaincu que l'on pouvait réaliser un film qui soit à la fois un témoignage fort sur ce fléau qu'est la maladie d'Alzheimer et, en même temps, rendre hommage à la formidable actrice qu'a été Annie pendant cinquante ans.»

Un tournage éprouvant
«Ce film a été difficile à faire. Certaines séquences sont dures à regarder et l'ont d'ailleurs été à tourner, car elles montrent la réalité de la maladie. Ce fut un projet difficile émotionnellement, même si nous avions quelques éclats de rire de temps à autre, car la maladie d'Alzheimer donne lieu à certaines situations cocasses ou absurdes. Ainsi Annie s'exclame-t-elle en voyant un palmier, au cœur de Paris, que nous sommes à Los Angeles et que nous devons trouver un hôtel... »

Des rôles forts et novateurs
Difficile de dresser la liste exhaustive des 250 et quelque rôles du mythe du cinéma français. Annie Girardot a su profiter de sa popularité, pour incarner des personnages forts, que ce soit une avocate qui lutte pour l'abolition de la peine mort (Une robe noire pour un tueur, José Giovanni, 1981), et surtout le Docteur Françoise Gailland, en 1975. «Cela me pousse à croire que si sa maladie lui avait permis de garder toute sa conscience, elle aurait voulu reprendre encore une fois le bâton de militante... »
 
Actrice, à la vie, à la mort
Justement, des séquences du documentaire ne manqueront pas d'interpeller. «Annie se sent revivre quand elle est sous l'oeil de l'objectif. A chaque fois que je suis venu la voir avec une caméra, même les fois où elle ne savait pas pourquoi j'étais là, elle rayonnait. Une caméra, des gens qui travaillent, un peu de lumière et soudain, tout va mieux. Le cinéma, c'est son univers depuis toujours ; c'est toute sa vie.» Le réalisateur propose à Annie de s'adonner à son exercice préféré : jouer la comédie. Elle incarne une femme qui découvre qu'elle perd peu à peu la mémoire. «Je cherchais à savoir si elle avait une certaine conscience de sa maladie. J'ai imaginé cette séquence, face caméra. Ça a été la partie la plus impressionnante et la plus réjouissante pour nous, de constater qu'elle arrivait encore à jouer, avec du temps, de la patience, de l'attention et grâce au subterfuge d'une oreillette... Cela signifiait également qu'elle était consciente de sa maladie. De temps en temps.»

Un combat de chaque instant
Loin du film médical, le documentaire comporte malgré tout, une partie didactique en nous en apprenant sur la maladie d'Alzheimer, dont l'on sait qu'elle touche à la mémoire, pas forcément à la motricité...

Afin de ne pas commettre d'impairs en donnant des informations erronées, le réalisateur a pris soin de mener sa propre enquête, auprès du professeur Dubois, chef de service à la Pitié-Salpêtrière.

Autre hommage, celui rendu au dévouement de sa famille, au travail de son entourage au quotidien, pour résister à la maladie en sollicitant sans relâche sa mémoire. «C'était un aspect de la maladie que je ne soupçonnais pas avant le tournage. Ses assistants Léo Bardon et Valéra ont effectué un impressionnant travail en ce sens. Même si aujourd'hui, l'on sait que le mal a progressé. Le plus terrible est de se dire qu'on ne meurt pas d'Alzheimer, mais de ses conséquences... »
 
Egalement, dans le documentaire, de nombreux témoignages de ses amis. «Parmi les plus présents, Muriel Robin, qui la considère comme sa mère de cinéma. Elle organise l'anniversaire qui ouvre le film. Ses amis Alain Delon, Jean-Pierre Marielle, Pierre Richard, Robert Hossein... font partie des repères dont Annie a besoin pour résister à la maladie. »

L'écriture a posteriori
Le plus gros challenge du projet consistait à concilier l'hommage à la carrière de l'actrice avec la réalité de son présent. Le cas échéant, impossible d'écrire le film en amont. L'équipe n'a pas d'autre choix que de se laisser guider par le tournage et l'état de santé fluctuant d'Annie Girardot. Le travail d'écriture a commencé au montage et a consisté en un complexe jeu de construction. 
Une page se tourne...

«Comme le dit très joliment Muriel Robin, la maladie d'Alzheimer, c'est un peu comme faire le deuil d'une personne de son vivant. Faire le deuil d'une amie, d'une femme qu'on a aimée, qu'on a voulu filmer. Absolument.»
Par Maud FAYAT

Envoyer

  • titou59600, le 09/03/2011 à 20h13 : Serai til possible de metre ce documentaire sur le cite merci
  • visounette, le 06/03/2011 à 15h30 : Je ne suis pas la seule a pas avoir vu se documentaire sur ANNIE pourrait on le retransmettre c etais une dame extraordinaire et j aimerais beaucoup comme tant d autres le voir ca serais gentil de le remettre merci a l avance
  • christine2512, le 06/03/2011 à 11h52 : Je n'ai pas pu voir ce documentaire et j'en éprouve un vif regret. Allez Messieurs de l'audiovisuel pensez à nous et s'il vous plait rediffusez le !!!!!! En mémoire et surtout en hommage de cette belle et grande dame de c?ur. Une admiratrice de PAU.
  • fredericguillar, le 04/03/2011 à 21h11 : Il faut rediffuser ce documentaire....pour toutes les personnes qui n'ont pas pu le voir par son passage tardif. Merci d'avance d'y réfléchir
  • kelly1963, le 04/03/2011 à 18h57 : Dommage que se document passe aussi tard il faut le passer à 20h30 afin que les personnes comme moi puisse le voir merci pour elle Catherine
  • kelly1963, le 04/03/2011 à 18h56 : Dommage que se document passe aussi tard il faut le passer à 20h30 afin que les personnes comme moi puisse le voir merci pour elle
  • dolfinriver, le 04/03/2011 à 14h06 : Ou peut-on revoir ce documentaire svp?
  • dolfinriver, le 04/03/2011 à 14h01 : Je lis partout que c'est dommage de ne pouvoir visionner ce documentaire de nouveau sur ce site mais je nie lis pas votre réponse???? ou peut-on le voir? MERCI D'AVANCE
  • litacle, le 03/03/2011 à 21h41 : Absente, je n'ai pu voir cet hommage qui parait-il était magnifiquement fait. C'était une actrice extraordinaire, qui savait faire aussi bien rire que pleurer. Aujourd'hui, son départ nous tire des larmes. S'il vous plait, permettez-nous de la revoir encore une dernière fois en nous laissant accéder à cet hommage sur ce site. Merci d'avance
  • titi105, le 03/03/2011 à 20h55 : Je suis par contre trés déçu des horaires proposés par les chaines pour les hommages : Quand on rend hommage on le fait bien et avec le coeur, ou alors on s'abstient de le faire.
  • titi105, le 03/03/2011 à 20h13 : Ce reportage devait être surement très bien mais malheureusement diffusé à une heure un peu tardive et cela serait bien qu'il puisse etre rediffusé à une autre heure d'écoute
  • titi105, le 03/03/2011 à 18h50 : Pourquoi ce film n'est-il pas visible sur ce site ? svp
  • meilleuregraine, le 02/03/2011 à 17h48 : Pourquoi ce film n'est-il pas visible sur ce site ?
  • meilleuregraine, le 02/03/2011 à 17h44 : Pourquoi ce film n'est-il pas visible ici ?
  • superpeter, le 02/03/2011 à 08h28 : Je trouve ce documentaire bouleversant et très touchant,annie tu nous manque déjà,toi qui a incarné les françaises si bien à l'écran,comment une personne qui avait une mémoire extraordinaire et qui la cultivait ,peut arriver à cette maladie monstrueuse,ma tante a eu la meme maladie,au meme age,je connais bien le problème;dans l'avenir j'espére de tout mon coeur,que la médecine vaincra cette horreur; merci annie pour ce que tu as laissé au cinéma et à nous; au revoir annie. je trouve dommage que TF1 ai diffusé ce documentaire si tard, beaucoup de personnes auraient voulu le voir. amicalement Patrick