En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Automoto

Prochaine diffusion le dimanche 2 novembre
à 10:10

Matthieu Lauraux
Par
le 30 août 2012 à 11h09mis à jour le 30 août 2012 à 12h21

Radars-tronçon : illégaux ? La Sécurité Routière dément...

L'information vient de RTL, révélant que l'État a tout simplement oublié d'homologuer ses radars-tronçon au regard de la loi avant de commencer leurs installations... Un problème déjà rencontré en juin, et que la Sécurité Routière dément ce jeudi.

Radar Tronçon
Commenter
Gros oubli pour l'État, ayant installé ses radars-tronçon sans les homologuer...une information démentie par la Sécurité Routière.
 
 

Excès de vitesse

 

Alors que le nombre de cabines fixes augmente à une allure folle depuis leur apparition en 2003, les nouveaux radars-tronçon se greffent à la chasse aux contrevenants depuis le 25 août dernier. Sauf que le gouvernement Fillon, qui a appliqué cette mesure, a commis une belle bourde dans le développement de ce nouveau système.

 

 

 

 

L'oubli impensable

 

La révélation est faite par RTL ce jeudi matin, et présente ces radars-tronçon comme "illégaux". Pourquoi ? Avant d'installer les dispositifs, il leur faut être homologués pour être inscrits dans le circuit des procès-verbaux (PV), pouvant être délivrés normalement depuis ce week-end. Mais cette homologation n'a en réalité jamais été effectuée au bulletin officiel, rendant les PV, automatiquement générés, non légaux,et donc annulables facilement au tribunal.

La Sécurité Routière répond

Selon l'organisme gouvernemental, "la procédure d'homologation de ce nouveau dispositif a été réalisée conformément à la réglementation en vigueur", dans le cas du premier radar mis en service à Beure, près de Besançon, dans le Doubs (25). Ce radar-tronçon " a été homologué le 6 juillet 2012" signale la Sécurité Routière, le système ayant été validé par le Laboratoire national de métrologie et d'essais (LNE).

 


Déjà soulevé en juin

 

Le problème n'est pas nouveau, puisque déjà révélé en juin dernier par Auto Plus. Dans le numéro du 11 juin dernier, le magazine avait souligné la non homologation de ces systèmes alors qu'ils avaient débuté leur installation. En cause, le fabricant Morpho n'ayant pas rempli le cahier des charges, et alors pénalisé 10.000 euros par semaine tant que les radars-troçon n'étaient pas légaux. Apparemment, rien n'est réglé depuis le début de l'été.

 

 

 

Voilà une nouvelle qui va ravir les automobilistes et motards, et coûter cher à l'État.

 

 

PUBLIER UN COMMENTAIRE
OK

VOITURES NEUVES JUSQU'à -35%

Toutes les voitures neuves jusqu'à -35%

LES DERNIÈRES NEWS AUTOMOTO

logAudience