MERCEDES

Essai MERCEDES CLASSE A - 2008

A partir de 18 900 €

CLASSE A - 2008

A l’occasion du Salon de Leipzig en avril dernier, la Classe A a bénéficié d’une importante remise à niveau. Esthétiquement, on remarquera les faces avant et arrière retravaillées, ainsi qu’une différenciation plus marquée entre les niveaux d’exécution. Les designers de Mercedes-Benz ont accordé une attention toute particulière à l’obtention d’une qualité perçue supérieure dans l’habitacle, sélectionnant de nouveaux tissus et des revêtements haut de gamme. Par ailleurs, toutes les versions de la Classe A bénéficient d’un espace de rangement plus volumineux intégré à la console centrale et d’un nouveau porte-gobelet logé entre les sièges avant. Côté mécaniques, différentes adaptations ont permis de diminuer la consommation des moteurs CDI de 8%, ce qui, selon Mercedes, équivaut à 0,5 litre aux 100 kilomètres par rapport aux modèles antérieurs. A partir de l’automne 2008, Mercedes-Benz proposera de série un pack BlueEfficiency (récupération de l’énergie au freinage, aérodynamique retravaillée, diminution de la résistance au roulement, abaissement du poids) pour la A 160 CDI trois portes à boîte manuelle qui devraient ainsi économiser 0,4 l/100 km supplémentaire, soit une moyenne normalisée de 4,5 l/100 km correspondant à 119 g/km. En septembre, le label BlueEfficiency concernera également les A 150 et A 170 qui bénéficieront alors d’un système start & stop permettant une économie de 6 à 9 % selon les conditions de circulation. En matière de sécurité, les feux stop adaptatifs permettant d’avertir les conducteurs qui suivent de manière plus efficace, tandis que l’ESP se complète d’une fonction d’assistance au démarrage en côte. Moyennant supplément, notons encore la disponibilité d’un système d’aide au stationnement mesurant la taille des espaces de parking et permettant de garer la voiture sans toucher au volant. Pour le reste, la Classe A conserve sa structure en panneaux «sandwich» et ses dessous (train avant de type pseudo McPherson, essieu arrière parabolique avec parallélogramme de Watt) avec notamment des amortisseurs sélectifs qui adaptent leur tarage en fonction des conditions de conduite et du profil de la route. En matière d’habitabilité,


Mercedes Classe A

A l'occasion du Salon de Leipzig en avril dernier, la Classe A a bénéficié d'une importante remise à niveau. Esthétiquement, on remarquera les faces avant et arrière retravaillées, ainsi qu'une différenciation plus marquée entre les niveaux d'exécution. Les designers de Mercedes-Benz ont accordé une attention toute particulière à l'obtention d'une qualité perçue supérieure dans l'habitacle, sélectionnant de nouveaux tissus et des revêtements haut de gamme.

Par ailleurs, toutes les versions de la Classe A bénéficient d'un espace de rangement plus volumineux intégré à la console centrale et d'un nouveau porte-gobelet logé entre les sièges avant. Côté mécaniques, différentes adaptations ont permis de diminuer la consommation des moteurs CDI de 8%, ce qui, selon Mercedes, équivaut à 0,5 litre aux 100 kilomètres par rapport aux modèles antérieurs.

A partir de l'automne 2008, Mercedes-Benz proposera de série un pack BlueEfficiency (récupération de l'énergie au freinage, aérodynamique retravaillée, diminution de la résistance au roulement, abaissement du poids) pour la A 160 CDI trois portes à boîte manuelle qui devraient ainsi économiser 0,4 l/100 km supplémentaire, soit une moyenne normalisée de 4,5 l/100 km correspondant à 119 g/km. En septembre, le label BlueEfficiency concernera également les A 150 et A 170 qui bénéficieront alors d'un système start & stop permettant une économie de 6 à 9 % selon les conditions de circulation.

En matière de sécurité, les feux stop adaptatifs permettant d'avertir les conducteurs qui suivent de manière plus efficace, tandis que l'ESP se complète d'une fonction d'assistance au démarrage en côte. Moyennant supplément, notons encore la disponibilité d'un système d'aide au stationnement mesurant la taille des espaces de parking et permettant de garer la voiture sans toucher au volant.

Pour le reste, la Classe A conserve sa structure en panneaux "sandwich" et ses dessous (train avant de type pseudo McPherson, essieu arrière parabolique avec parallélogramme de Watt) avec notamment des amortisseurs sélectifs qui adaptent leur tarage en fonction des conditions de conduite et du profil de la route. En matière d'habitabilité, malgré ses 3,84 mètres de long, la Classe A s'avère plutôt généreuse.

La remarque vaut également pour ce qui concerne la capacité du coffre qui, grâce au pack Easy-Vario Plus (un dispositif permettant de déposer la banquette arrière et le siège passager), dégage un volume de 1.995 litres. Un record dans la catégorie.

Légèrement revue sur le plan esthétique, la Classe A se révèle plus jeune, plus attractive et plus respectueuse de l'environnement encore que sa devancière. Pour le reste, elle mise toujours beaucoup sur ses aspects pratiques et son image de polyvalente de haut de gamme, ce qui, forcément, a un prix. On attend toujours la réponse de BMW et (depuis la disparition de l'A2) d'Audi.

Verdict Automoto

+
Rapport perfs/conso (180 & 200 CDI)
Rapport encombrement/habitabilité
Fonctionnalité
Sécurité active et passive
Versions «Eco» bientôt disponibles
Valeur de revente
-
Tarifs élitistes
Confort sur les inégalités transversales
Insonorisation (CDI)
Montants A et D gênants
Direction artificielle
Reprises laborieuses (150 & 170)

Envoyer