En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Par , le 10 décembre 2009 à 14h53, mis à jour le 28 janvier 2011 à 17h52

Comment parier ? - Guide des paris du PMU

Les formes de jeu sont multiples et c'est leur diversité qui rend le pari sur les courses à la fois complexe et passionnant. Découvrez le panel des jeux proposés par le PMU.

Partager :

Comment parier ?  


Les formes de jeu sont multiples et c'est leur diversité qui rend le pari sur les courses à la fois complexe et passionnant. Lorsque je m'adresse à un novice qui me questionne sur la façon de jouer aux courses, je n'hésite pas à lui dire qu'il est beaucoup plus facile de trouver le bon cheval que de le jouer. Vous allez aisément comprendre pourquoi, à travers le panel des jeux proposés par le PMU. 


1) Le jeu Simple : Comme son nom l'indique, c'est le moins compliqué. C'est le pari à l'état pur, le pari historique, initié puis codifié par les Anglais à la naissance du sport hippique qui remonte à Charles II (18ème siècle), même si le pari sur les courses est beaucoup plus ancien, avec notamment des traces dans l'antiquité. Le jeu Simple, c'est aussi le pari le plus rentable puisque le joueur récupère 85% de sa mise, alors que dans les autres formes de jeu, on lui en reverse généreusement un peu plus de 70% ! Le jeu Simple, c'est donc un pari sur un seul cheval : gagnant (il faut que le cheval passe la ligne d'arrivée devant les autres), placé (il faut qu'il finisse dans les trois premiers) ou « à cheval » (les deux combinés). Le gain du ticket gagnant se calcule par rapport à la cote du cheval. Le pari gagnant rapporte évidemment plus que le pari placé, grosso modo de deux à trois fois inférieur, cela dépend de la répartition des masses d'enjeu entre Simple Gagnant et Simple Placé.


2) Qu'est-ce que la cote ? C'est le nombre de fois qu'on vous paye votre mise (celle-ci étant ajoutée au gain), si votre cheval gagne. Exemple : vous avez joué 10 euro sur un cheval à 7/1... vous empochez donc 80 euro. La cote résulte de la masse globale d'enjeux gagnants, ponctionnée des prélèvements légaux et divisée par le nombre de gagnants. A noter qu'en temps réel, généralement on affiche des rapports probables : vous jouez 10 euros sur un cheval dont le rapport probable est de 7 pour 1, vous empochez 70 euros.


3) Le Report : Faire un Report signifie reporter un pari Simple dans une course sur un autre (ou plusieurs) dans une (ou plusieurs) course suivante. Vous pouvez indifféremment faire un report gagnant (cheval gagnant sur cheval gagnant), placé (cheval placé sur cheval placé) ou placé-gagnant. Les gains se multiplient et ça peut rapporter gros... mais c'est très difficile !


4) Le Couplé : C'est avoir deux chevaux dans les trois premiers. Les deux premiers (Couplé Gagnant), soit le deuxième et le troisième ou le premier et le troisième (Couplé Placé). Notons qu'on peut aussi jouer les deux premiers en Couplé Placé. Evidemment, le Couplé Gagnant rapporte plus que le Couplé Placé, comme au jeu Simple.


5) Le Couplé Ordre : C'est avoir les deux premiers dans l'ordre exact d'arrivée.


6) Le Trio : C'est avoir les trois premiers d'une course, dans n'importe quel ordre.


7) Le Trio Ordre : C'est avoir les trois premiers d'une course, dans l'ordre exact d'arrivée.


8) Le Trio Ordre international : C'est avoir les trois premiers, dans l'ordre exact d'arrivée, d'une grande course internationale, en masse de paris commune avec le pays organisateur.


9) Le Tiercé : Jeu historique créé en février 1954, à l'origine de la popularité des courses de chevaux. Il faut trouver les trois premiers, soit dans l'ordre soit dans le désordre dont les rapports sont, grosso modo, six fois inférieurs.


10) Le Classic Tiercé : Même règles que le Tiercé mais différent support. Le Classic Tiercé est engagé dans les courses dites « classiques », c'est à dire réservées à des chevaux de catégorie supérieure.


11) Le Multi : C'est le jeu le plus original de la panoplie. Le but consiste à trouver les quatre premiers d'une course (sans ordre) mais le rapport mise-rétribution est inverse à celui des autres jeux de combinaisons. Pour ces derniers, plus vous jouez de chevaux (afin d'augmenter vos chances), plus cela vous coûte cher. Au Multi, la mise est unique (3 euro). En revanche, plus vous jouez de chevaux, moins vous touchez. Selon que vous ayez désigné 4 chevaux ou 7 pour trouver les quatre premiers, la différence de rapport peut être de 30 à 40 fois inférieure.


12) Le Quarté+ : Il faut trouver les quatre premiers, soit dans l'ordre soit dans le désordre. Vous bénéficiez d'un rapport de consolation si vous avez les trois premiers.


13) Le Quinté+ : Il faut trouver les cinq premiers, dans l'ordre ou dans le désordre. Il existe plusieurs rapports de consolation : le bonus 3 (trois premiers), le bonus 4 (quatre premiers) et le bonus 4/5 (quatre chevaux dans les cinq premiers). En outre, le Quinté+ est assorti d'une Tirelire qui « pompe » 2% des mises mais peut rapporter jusqu'à dix millions (plafond) à ses heureux (très heureux) bénéficiaires. Pour toucher (ou se partager) le ou les millions de la Tirelire, il faut avoir le Quinté+ dans l'Ordre et, sur son ticket, le Numéro Plus Gagnant (une chance sur 3000). Si vous avez ce Numéro Plus et le Quinté+ dans le désordre ou un des bonus, votre rapport est décuplé. Créé en 1989, le Quinté+ plus a longtemps été le pari leader du PMU. Il est aujourd'hui largement dépassé par les jeux simples.


14) Le Tic 3 : Sur un seul ticket, avec les mêmes chevaux, vous jouez à la fois au Tiercé, au Quarté+ et au Quinté+.


15) Le 2 sur 4 : C'est un jeu de petits épargnants. Comme son nom l'indique, il faut avoir deux chevaux parmi les quatre premiers. Petits rapports mais gains fréquents.


16) Le Quadrio : Dernier né de la « famille », il disparaîtra de la gamme le 1er janvier 2010. Comme tous les jeux dits "verticaux" qui l'ont précédé, le quadrio confirme l'échec de ce type de paris, très populaires dans les pays anglo-saxons, mais qui ne correspondent guère aux habitudes françaises, plutôt axées vers les combinaisons "horizontales" (plusieurs chevaux d'une même course). 


17) Pariez spOt : Celui-là, il fait bande à part. Avec la Tirelire, il symbolise l'intrusion du hasard - illégitime pour les puristes - dans un jeu basé sur la réflexion. En pariant avec Pariez spOt (cela s'applique à tous les paris de la panoplie hors le Simple, le Report et le Tic 3), vous pouvez soit confier l'intégralité de vos intérêts à la désignation aléatoire de l'ordinateur, soit une partie seulement en choisissant vous-même un ou plusieurs chevaux de votre sélection, puis en laissant le hasard se charger des autres. A noter que Pariez spOt est aussi utilisé comme aide au pari car il sélectionne les chevaux en fonction des paris déjà enregistrés par les autres parieurs : par exemple, si un cheval a été désigné 1er par 20% des parieurs, vous aurez 20% de chances de l'avoir 1er sur votre pari spOt.


18) La Tirelire : L'autre version iconoclaste des paris hippiques : vous avez le Quinté+ dans l'ordre et le Numéro Plus (une chance sur 3000) et c'est le jackpot ! Certes, pour décrocher la fameuse Tirelire (un million minimum chaque jour, plafonnée à dix...), il faut avoir le Quinté+ dans l'ordre (ce n'est pas rien !), mais dans les arrivées de favoris où les gagnants sont légion, vous recensez 99 parieurs qui ont trouvé la bonne solution et qui touchent peanuts, tandis que le centième, parce qu'il a le Numéro Plus sur son ticket, empochera un ou plusieurs millions !

Nota bene : Le Numéro Plus a aussi pour effet de décupler vos gains si, n'ayant pas le Quinté+ dans l'ordre, vous touchez quand même le désordre ou un bonus. 


19) Le Flexi : On peut jouer au Quinté+ en formule à moitié prix, ce qui "allège" singulièrement le prix des combinaisons élargies (exemple : les 112 € d'un ticket de 8 chevaux deviennent 56 € ; c'est nettement plus abordable). Evidemment, on touche moitié moins... le PMU n'est pas une société altruiste !


Où parier ?


1) Dans un des 10.000 points de vente du PMU, répartis sur le territoire français (métropole et outre-mer). On peut y jouer à tous les jeux sur toutes les courses (y compris les étrangères) pour peu qu'elles soient support de prises d'enjeux nationales.


2) Sur les hippodromes, évidemment. Il en existe 249 en France (soit autant que dans toute la Communauté Européenne) dont une cinquantaine seulement ont la capacité d'organiser des courses supports d'enjeux nationaux. Les autres ont plus une vocation locale et il n'existe pas de prises de paris en dehors de leurs structures. Sur les hippodromes dits « nationaux », en revanche, on peut aussi bien parier sur les courses qui s'y déroulent que sur celles - en simultané - qui se courent sur un autre champ de courses, initiateur de prises de paris nationales. On peut aussi y engager ponctuellement des paris sur les grandes courses internationales, soit en masse commune avec le pays organisateur (votre argent est mélangé à celui des parieurs indigènes et les rapports sont calculés à partir de cette masse commune), soit en masse séparée (les paris français sont comptabilisés à part et leur répartition s'effectue comme s'il s'agissait d'enjeux nationaux), soit les deux à la fois, en fonction du pari.

 


Combien ça coûte ?       


Nous n'indiquons que les mises unitaires, étant entendu que celle-ci peut être multipliée par le parieur, en fonction de son budget.

1)   Le jeu Simple : 1,5 euro dans les points de vente PMU et 2 euros au PMH (Pari Mutuel Hippodrome). La mise minimum est toujours de 2 euros sur les hippodromes ; cela vaut pour les autres paris consignés ci-dessous.

2)   Le Couplé : 1,5 euro.

3)   Le Report : 1,5 euro.

4)   Le Trio : 1,5 euro.

5)   Le Tiercé et le Classic Tiercé : 1 euro.

6)   Le Quarté + : 1,3 euro.

7)   Le Quinté + : 2 euros.

8)   Le Tic 3 : 4,3 euros.

9)   Le 2 sur 4 : 3 euros.

10) Le Multi : 3 euros.


Le prix des combinaisons.


Au Quinté +, les prix montent très vite. La formule unitaire à 5 chevaux ne coûte que 2 €, mais ensuite il vous faut débourser 12 € pour six chevaux, 42 pour sept, 112 pour huit, 252 pour neuf, 504 pour dix, 924 pour onze... est-il utile d'aller au-delà ? C'est la raison pour laquelle les journaux qui se vantent de donner un Quinté+ en sept ou huit chevaux ne font certes pas de publicité mensongère mais plutôt une publicité totalement irréaliste. Qui peut se permettre d'investir 42 ou 112 € chaque jour sur la bonne mine d'un pronostiqueur ?


Champs Totaux ou Champs Réduits.


Le Champ Total consiste à prendre un, deux, trois ou quatre chevaux de base (selon le jeu choisi) et à l'associer à tous les autres. Le Champ Réduit, c'est la même chose, mais on sélectionne les chevaux associés. Bien entendu, les chevaux de base doivent impérativement figurer dans les cinq premiers. Dans un cas comme dans l'autre, moins les chevaux de base sont nombreux, plus la formule est onéreuse. Exemple : si vous souhaitez jouer un Quinté+ avec seulement deux chevaux de base et huit chevaux associés, il vous en coûtera... 672 € ! Soyez donc prudents et vérifiez toujours le prix des combinaisons auprès du PMU... on se laisse vite embarquer ! 



 
 

Les dernières News de Courses et paris du jour

Toutes les News

Envoyer

  • gnamatosse, le 28/05/2010 à 14h14 : Résident en côte d'ivoire je peut participer?
  • domynique16, le 22/03/2010 à 09h34 : Bonjour comment s'inscrire pour faire un quinté??????
Top Gagnants
  • 7 Millions d'€ pour 1 gagnant 4 Septembre 2012 sur Prix France Bleu
  • Plus de 300.000 € pour 1 gagnant 7 Septembre 2012 sur Prix Adelinda
  • Plus de 100.000€ pour 5 gagnants 9 Septembre 2012 sur Prix Quai de Gesvres