En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Par le 19 mars 2010 à 16h23

"Avec la manière"

Pour la première fois depuis 22 ans, Bordeaux est en quarts de finale de la plus prestigieuse compétition européenne. Une vraie statisfaction pour Laurent Blanc. L'entraîneur girondin juge que, sur l'ensemble des deux matches, la qualification de ses joueurs face à l'Olympiakos ne se conteste pas.

Commenter
"Avec la manière"

Laurent BLANC, avez-vous eu peur en seconde période?


L.B. : Effectivement, si on analyse le match de la 65e à la 75e minute, quand Alou Diarra s'est fait expulser et qu'on est revenu sur le terrain à dix contre dix. On a eu un moment de flottement, d'égarement, mais l'analyse ne se résume pas à ces 10 minutes-là. Il ne faut occulter ces dix minutes où on était fébrile et il n'y avait pas lieu de l'être. Dans l'ensemble de la partie on a bien géré ce match-là.


A l'exception de cette période, avez-vous retrouvé votre équipe?


L.B. : On a fait une entame de match très positive avec des choses qu'on avait bien préparées. On savait que sur les coups de pied arrêtés, on avait un fort potentiel qui pouvait les gêner. Il y a eu des choses très bonnes jusqu'à cette 65e minute où avoir un joueur expulsé à notre tour nous a fait retomber dans nos travers.


Encaisser un but à onze contre dix n'a pas dû vous faire plaisir ?


L.B. : Oui, mais beaucoup de choses m'ont fait plaisir. Il y en a d'autres qui ne m'ont pas fait plaisir. La soirée est beaucoup plus positive que négative. On est heureux de la qualification. Sur les deux matches, j'ose le dire, elle est méritée. Outre le résultat, il y a la manière et les 25 premières minutes où j'ai pris beaucoup de plaisir. Je pense qu'individuellement, il y a des joueurs qui ont retrouvé le niveau qui n'était pas le leur depuis longtemps.


Quoi qu'il arrive, cette campagne européenne est pleinement réussie désormais...


L.B. : Notre objectif était de passer la phase de poules. Là, nous sommes en quarts de finale. Le problème c'est qu'on arrive à du super-lourd. On aura la motivation de jouer ces deux matches à fond. Sur les huit équipes, six voire sept souhaiteraient rencontrer Bordeaux. Ce sera peut-être une force pour nous. Il y a une équipe que j'aimerais éviter c'est Barcelone, c'est l'épouvantail de cette compétition, même si hier j'ai vu une super-équipe, l'Inter. Il faudra être présent, on a encore un peu de temps pour y penser. Dès demain, il va falloir se replonger dans ce match capital contre Lille.


Deux clubs français qualifiés en quarts de finale, est-ce un signe de la bonne santé du football français ?


L.B. : On peut considérer sur le moment que le championnat de France, à travers ces équipes qualifiées en Champions League ou en Europa League, fait des bons résultats et que ça prouve que la santé du football français est bonne. Mais pour l'affirmer il faudra voir avec le temps. Ce qui est arrivé en Champions League peut se reproduire mais il faudra voir avec quelle régularité les clubs français peuvent jouer les quarts de finale dans les années futures. Si on y arrive, cela voudra dire vraiment que le foot français récupère le retard sur les grandes nations européennes que sont l'Espagne, l'Angleterre voire l'Italie.


Les COTES des prochains MATCHS
  Votre mise Gains potentiels  
vendredi 22 août à 20h30 Ligue 1
7.5 Evian TG
4.6 Nul
1.32 Paris SG
13.2 € PARIEZ
dimanche 24 août à 21h00 Ligue 1
3.1 Nantes
3.1 Nul
2.2 Monaco
22 € PARIEZ
PUBLIER UN COMMENTAIRE
LES PLUS VUS

LES DERNIÈRES NEWS TÉLÉFOOT

PSG : Sirigu et Verratti se moquent du français d’Ibrahimovic
Par Silvestro DE CARO, le 20 août 2014 à 11h40, mis à jour le 20 août 2014 à 11h44

Mercato - PSG : Marco Verratti vers le Bayern Munich ?

Alors que beaucoup de rumeurs agitent le mercato du Paris-Saint Germain ces dernières semaines, Verratti avait plus ou moins été épargné par les bruits de couloir. L'Italien ...

logAudience