En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Par le 01 avril 2010 à 17h07

Le Barça, c'est fort

Mercredi soir à l’Emirates Stadium (2-2), le FC Barcelone a laissé échapper une victoire qui lui tendait les bras. Pour autant, difficile de ne pas souligner l’exceptionnelle performance collectives des Catalans, notamment lors d’un premier quart d’heure fabuleux de maitrise.

Commenter
Le Barça, c'est fort

"C'était de l'art, oui." Par ces mots, Arsène Wenger a tout dit. Résumé de la manière la plus simple le spectacle XXL auquel il a assisté mercredi soir à l'Emirates Stadium. Certes, le manager d'Arsenal retient aussi le formidable courage des siens, le retour inespéré d'une équipe qui a paru à un moment à la dérive. Mais franchement, impossible d'occulter et de passer sous silence la prestation et surtout l'entame du FC Barcelone. Durant les premières minutes de match, le club catalan a joué comme dans un rêve, ou comme dans un jeu vidéo. Les différentes générations en décideront.


Pendant quinze minutes, le FC Barcelone a récité sur le terrain son football léché et, n'en déplaise à Arsène Wenger, fait passer les Gunners pour des enfants. Comment décrire l'indescriptible ? Difficile. Mais durant cette entame, le Barça a tutoyé la perfection et joué comme sur un billard, redoublant les passes et les coups à trois bandes. Grâce à Messi, Alves et compagnie évidemment. Mais aussi et surtout grâce au génial Xavi. Le métronome du milieu de terrain catalan a fait la pluie et le beau temps, délivrant les offrandes comme d'autres enfilent les perles (ndlr : Selon Opta, l'Espagnol a réalisé 113 passes, personne n'a fait mieux) et infatigablement ratissé les ballons (6, là encore, Xavi a été le plus actif). Seul tort du Barça durant ce premier quart d'heure ? Ne pas avoir marqué.


Guardiola : "On est fier"


Pas de quoi contrarier Pep Guardiola. En véritable fils spirituel de Johan Cruyff, l’entraîneur du Barça fait passer la manière avant le résultat. Et ça c'est quelque peu rafraichissant : "On a eu de nombreuses occasions, on a contrôlé le match et on est fier. On a joué notre type de football et c'est bien. On garde une bonne chance de se qualifier. Les vingt dernières minutes, contre une excellente équipe comme Arsenal, cela peut toujours arriver. Même si c'est vrai qu'on aurait pu tuer tout suspense. Mais je suis fier de mon équipe. C'est vrai que l'an passé on avait été sacré, mais je crois qu'on n'a jamais aussi bien joué en déplacement en Ligue des Champions."


En un peu plus de quatre-vingt-dix minutes, le FC Barcelone a possédé le ballon 65% du temps, contre 35% à Arsenal. La statistique est d'autant plus impressionnante que les Gunners ne sont pas réputés pour laisser le cuir à leurs adversaires. En temps normal, ce sont plutôt Fabregas et compagnie qui tiennent les rênes du match (60% de possession en Ligue des Champions cette saison). Là, les Gunners se sont "inclinés" contre plus forts qu’eux. Mais le miracle veut qu’ils soient encore en vie.


PUBLIER UN COMMENTAIRE
LES PLUS VUS

LES DERNIÈRES NEWS TÉLÉFOOT

Ruffier boulette PSG-ASSE
Par La REDACTION, le 02 septembre 2014 à 16h51, mis à jour le 02 septembre 2014 à 18h05

La boulette de Ruffier : ENVOYEZ-NOUS VOS VIDÉOS

Envoyez vos vidéos à Téléfoot et passez dans l'émission ! Cette semaine, tentez d'imiter l'infortuné Stéphane Ruffier, le gardien de Saint-Etienne auteur d'une incroyable boulette ...

Matheus Doria, OM
Par Silvestro DE CARO, le 02 septembre 2014 à 11h27, mis à jour le 02 septembre 2014 à 11h36

OM : Matheus Doria, portrait d'un joueur déjà adulé au Brésil

Dans les dernières heures du mercato estival, l'Olympique de Marseille a surpris son monde et a recruté Matheus Doria, jeune défenseur de 19 ans qui évoluait auparavant au Brésil, ...

logAudience