En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Eurosport
Laurent-Tity-fiche-journaliste
Par
le 25 septembre 2013 à 15h29mis à jour le 10 septembre 2014 à 15h27

Le Document Telefoot.fr : Aurélien Collin, ce Français qui a conquis les USA

Nous connaissons tous un Aurélien Collin dans notre entourage. Un pote de collège doué pour le foot, des rêves plein la tête et qui tente de faire son trou. Sauf que lui, il a réussi. Découvrez l'incroyable histoire d'un jeune francilien passé du niveau amateur au All Star Game américain, aux côtés de Thierry Henry et David Beckham.

Aurélien Collin après son but avec Kansas City en finale 2013 de la MLS
Commenter

L'histoire d'Aurélien Collin ressemble à un conte de fées moderne. Ou plutôt un scénario hollywoodien. Tout y est : la volonté, le courage, les déceptions, les années galère, le coup de poker et enfin la consécration. Il était une fois un jeune Français talentueux, travailleur, impatient, malchanceux parfois, mais toujours confiant en ses capacités. Un footballeur au parcours chaotique, jusqu'au rêve américain.

« J'ai grandi avec le rêve de devenir professionnel »

La France ne lui fait pas confiance
Aurélien Collin passe ses jeunes années en banlieue parisienne à Fontenay-le-Fleury (Yvelines), où il suit une scolarité classique. Dévoré par la passion du ballon rond, ce féru de sport décide de partir à Reims à l'âge de 16 ans pour tenter de passer pro. Il intègre le centre de formation rémois et se retrouve titulaire dans la défense centrale de la CFA alors qu'il n'a que 17 ans. Mais Collin sait ce qu'il veut, et a l'impatience de sa jeunesse. Il raconte : « Nous étions trois jeunes à être tout le temps titulaires et pourtant, après deux ans passés là-bas, le club a proposé des contrats pro aux deux autres et pas à moi. Du coup je suis parti à Sedan. » Un changement de club pour Aurélien qui sera le premier d'une longue liste. Cap sur les Ardennes donc, où il fréquente encore la CFA, beaucoup trop à son goût.

« Alex Dupont ne m'a jamais laissé ma chance »

En 2005, il rejoint donc Amiens. Là, l'entraîneur qui l'a fait venir est remplacé par Alex Dupont. Après deux mois passés avec le groupe pro, notre « Sir Alex » national fait descendre Aurélien Collin en CFA. Au bout de deux ans à Amiens dans ces conditions, le jeune défenseur prend cette fois une décision plus radicale : quitter la France. Ces années passées dans l'Hexagone sans avoir percé, Aurélien Collin n'en garde toutefois pas que de mauvais souvenirs : « La tactique, je l'ai apprise grâce à la formation à la française. »

 Aurélien Collin lors d'un match de Gretna contre le Celtic Glasgow Aurélien Collin lors d'un match de Gretna contre le Celtic Glasgow en 2007

Les années galère
Aurélien Collin trouve un point de chute en Espagne à Majorque. « J'étais le seul francophone, c'était super car du coup, au bout de deux mois, je parlais parfaitement espagnol. » Une véritable fierté personnelle pour ce titulaire d'un Bac S (avec mention) qui n'avait jamais brillé en Espagnol du temps de sa scolarité. Le plus souvent, Collin joue avec la réserve qui évolue en troisième division. « C'était quand même supérieur à la CFA2 ! » Il dispute même sept matches de coupe avec les pros et côtoie des joueurs tels que Diego Tristan ou  Maxi Lopez. A un poste de latéral gauche précise-t-il, qui n'est pas le sien. Aurélien Collin se plaît à Majorque mais à la fin de l'année 2007, le contrat proposé n'est pas à la hauteur de ses espérances. Le Français veut jouer avec les pros. Du coup, il donne une nouvelle tournure à sa carrière et fait ses valises pour l'Ecosse.   


« Trois clubs, trois échecs. J'étais jeune et impatient »

Aurélien Collin se retrouve au Gretna FC, un petit club écossais racheté par un riche mécène. « C'était un milliardaire qui signait des chèques. Ils ont monté cinq divisions en cinq ans, mais il n'y avait aucune structure, rien. On jouait dans le stade de Motherwell. » Au début tout se passe bien, Collin est titulaire en défense centrale et il évolue en Premier League écossaise. Il est enfin devenu footballeur professionnel. Mais au bout de six mois, le propriétaire du club meurt, son fils ne veut pas continuer l'aventure et ne paie plus les joueurs. « J'ai cassé mon contrat et j'ai fait des essais en Angleterre avec des clubs de D2, mais comme je pensais avoir le niveau pour la Premier League, je voulais toujours mieux. » Une exigence qui caractérise ce joueur qui a toujours dû cravacher pour obtenir ce qu'il voulait.

« A Wolfsbourg, c'était un essai qui ne servait à rien »

Aurélien Collin fait également un essai en Allemagne avec le Wolfsbourg de Felix Magath. Si le test s'avère concluant, le club allemand reste frileux à l'idée de recruter dès le mois d'avril sans savoir à quelle place il terminera la saison. Collin fait du coup une pige de deux mois à Wrexham (D5 britannique), au Pays de Galles, « juste pour m'entraîner et trouver un nouveau club. » Le Français échoue finalement en Grèce, où il passe une saison à Panserraikos avant de signer avec le Vitoria Setubal.

« Je signais dans un club et il y avait des problèmes. Je revenais sans cesse à la case départ »

Au Portugal, Aurélien Collin joue latéral droit la plupart du temps. Là aussi, il rencontre des problèmes de retard de salaire, jusqu'au jour où une opportunité se présente en Major League Soccer (MLS). Le club de Kansas City approche son coéquipier de Setubal, avec qui il habite dans la même résidence, Marc-André Zoro. L'Ivoirien se montre peu enclin à traverser l'Atlantique, ce qui n'est pas le cas de Collin, alors âgé de 25 ans. « Moi, c'était mon rêve depuis petit d'aller vivre là-bas. Kansas City est arrivé au bon moment, à une période où j'étais un peu moins bon avec Setubal après avoir très bien commencé. » Le Français ne laisse pas passer cette chance qui semble enfin lui sourire et embarque pour les USA, non sans avoir dû régler son conflit avec le club portugais.

« J'ai toujours eu confiance, j'avais la santé »

Aurélien Collin à la lutte avec Angel Di Maria lors du match Benfica Lisbonne-Vitoria Setubal
A la lutte avec Angel Di Maria lors d'un match Benfica-Vitoria Setubal en 2010

Le rêve américain
Le 15 avril 2011, Aurélien Collin découvre la MLS et pour lui, ça ne fait pas l'ombre d'un doute, Kansas City a tout simplement changé sa vie. « C'était la première fois que j'avais une stabilité au niveau foot, au niveau financier, au niveau contrat. » Après plus de dix années passées dans le milieu du football professionnel, le défenseur central trouve enfin le confort et la stabilité qu'il recherchait.

« Ma carrière a débuté à Kansas City »

Dans la Major League Soccer, l'ascension d'Aurélien Collin est fulgurante. Le Français s'impose tout de suite comme un titulaire indiscutable et devient l'un des meilleurs joueurs de la ligue. Chouchou des supporters, Collin a même un t-shirt à son effigie et a déjà reçu l'honneur de voir un tifo le représenter. Il ouvre son palmarès en remportant l'US Open Cup (l'équivalent de notre Coupe de France) en 2012 avec Kansas City et truste les distinctions individuelles. Aurélien Collin est ainsi sélectionné pour le All Star Game en 2012 et joue la même année aux côtés de David Beckham et Thierry Henry le « Match des étoiles » face au champion d'Europe sortant, Chelsea. Une expérience qui fait partie de ses meilleurs souvenirs : « Gagner contre Chelsea, le vainqueur de la C1, c'était énorme. » En 2013, rebelote. Aurélien Collin évolue avec les étoiles de la MLS contre l'AS Rome cette fois, et se fait remarquer par une prestation de haut niveau. Le Français est désormais un des joueurs majeurs de la MLS.

« Mon seul objectif en partant aux USA était de trouver une stabilité pour un jour revenir en Europe. Je n'imaginais pas que ça se passerait aussi bien » 

  All Star MLS

Un retour en Europe ?
Grâce à ses performances avec Kansas City, Aurélien Collin commence à se faire un nom. Et un retour en Europe n'est pas à exclure. Même si, conscient de ce qu'il a bâti à force de volonté aux Etats-Unis, il ne quittera le pays de l'Oncle Sam que sous certaines conditions : « Vu le statut que j'ai en MLS, si je reviens en Europe, ce sera par la grande porte, dans un club de haut niveau. » Difficile de lui donner tort, d'autant que le défenseur s'épanouit pleinement dans la ligue américaine.

« Je veux revenir en Premier League ou en Bundesliga, les deux meilleurs championnats du monde en ce moment »

La consécration acquise outre-Atlantique, Aurélien Collin en est fier. Mais le Français nourrit encore quelques ambitions. Revenir en Europe dans un club stable, huppé. De préférence l'Angleterre ou l'Allemagne, bien que le défenseur ne soit pas contre un bon club de Ligue 1. A bon entendeur... 

 « En MLS j'ai emmagasiné de l'expérience en tant que leader »

De la CFA 2 française à la MLS, Aurélien Collin a franchi tous les obstacles pour accéder à son rêve : devenir footballeur professionnel. Malgré un chemin semé d'embûches, le natif d'Enghien-les-Bains a prouvé qu'à force de travail et de persévérance, la réussite était au rendez-vous. Et le plus beau reste peut-être à venir.   

Les COTES des prochains MATCHS
  Votre mise Gains potentiels  
samedi 25 octobre à 16h00 Premier League
4.8 Sunderland
3.6 Nul
1.6 Arsenal
16 € PARIEZ
samedi 25 octobre à 17h00 Ligue 1
1.42 Paris SG
3.9 Nul
8 Bordeaux
14.2 € PARIEZ
samedi 25 octobre à 18h00 Liga
2.3 Real Madrid
3.35 Nul
2.65 Barcelone
23 € PARIEZ
samedi 25 octobre à 20h00 Ligue 1
3.6 Bastia
2.9 Nul
2.15 Monaco
21.5 € PARIEZ
dimanche 26 octobre à 17h00 Premier League
2.7 Manchester United
3.3 Nul
2.3 Chelsea
23 € PARIEZ
samedi 01 novembre à 16h00 Premier League
1.19 Arsenal
5.6 Nul
11 Burnley
11.9 € PARIEZ
PUBLIER UN COMMENTAIRE
A NE PAS MANQUER
Le mur des vidéos Automoto

Le Mur des vidéos Automoto

La Lamborghini Huracan en travers sur notre circuit, la folle histoire d'Enzo Ferrari, la légende de la Ford Mustang... en 1 seul clic, découvrez des centaines de vidéos bluffantes. c'est simple, rapide et efficace !

LES PLUS VUS

LES DERNIÈRES NEWS TÉLÉFOOT

Domenech et Dugarry Telefoot 1994
Par La REDACTION, le 23 octobre 2014 à 17h01, mis à jour le 23 octobre 2014 à 17h04

VIDEO Insolite : Quand Domenech et Dugarry rigolaient ensemble

Dans une lettre ouverte publiée dans Le Hufftington Post, Raymond Domenech a répondu aux critiques de Christophe Dugarry. L'ancien sélectionneur y fait notamment référence à une ...

Divock Origi - Lille
Par La REDACTION, le 23 octobre 2014 à 11h56, mis à jour le 23 octobre 2014 à 12h02

Lille-Everton : suivez le match en direct

Le LOSC reçoit Everton jeudi soir en phase de poules de la Ligue Europa. En cas de victoire, Lille prendrait la tête du groupe. Une rencontre à suivre en direct à partir de 19h.

logAudience