En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Par le 11 juillet 2010 à 10h45

On ne pouvait rêver mieux

La finale de la Coupe du monde entre l'Espagne et les Pays-Bas (20h30) va mettre aux prises deux équipes au sommet de leur art. Toutes deux arrivent à Johannesburg avec un effectif au complet, une identité de jeu bien établie et l'ambition, non pas de détruire l'autre, mais d'imposer sa vision.

Commenter
On ne pouvait rêver mieux

ILS NE SE RENIERONT PAS


Dimanche soir, l'Espagne va faire ce qu'elle sait faire. Jouer au ballon, tenter d'imposer son rythme par ses passes courtes et son jeu léché. C'est une certitude. Même si Del Bosque a reconnu avoir un "Plan B" en cas de pépin. Le sélectionneur espagnol est aussi certain que les Néerlandais joueront leur jeu : "Il y a encore des détails à ajuster. Mais les deux équipes ont un script bien précis. Je ne pense pas que les Néerlandais vont changer leur approche du jeu. Ils sont solides comme nous. Ils vont aller vite dans la verticalité, moins élaborer leurs attaques que nous. Je ne dis pas qu'ils ne peuvent pas le faire. Mais ils n'ont pas besoin de ça." Bert van Marwick n'attend pas non plus de révolution venant de l'autre camp : "Ce sont deux équipes bien organisées, qui jouent avec une vision particulière et stable dans le temps. Ce sont les deux meilleures équipes de ce tournoi. Et j'insiste sur le terme équipes."


DES SURPRISES DANS LES COMPOS ? NIET !


Bert van Marwijk ne sourit pas toujours. Voire rarement. En tout cas, samedi soir, il s'est réjouit d'une chose : "Tout le monde est en forme. Je dirais même en super forme." Dimanche, le sélectionneur des Pays-Bas alignera donc son onze type (Stekelenburg - Van der Wiel, Heitinga, Mathijsen, Van Bronckhorst - Van Bommel, De Jong - Robben, Sneijder, Kuyt - Van Persie) dans un 4-2-3-1 qui ressemblera à celui mis en place par Vicente Del Bosque. Ce dernier, s'il assure avoir "23 excellents joueurs qui peuvent être sur la pelouse", devrait démarrer le match avec la même équipe de que face à l'Allemagne, avec Pedro en lieu et place de Fernando Torres (Casillas - Ramos, Piqué, Puyol, Capdevila - Busquets, Alonso - Iniesta, Xavi, Pedro - Villa).


SNEIJDER-XAVI, LA FINALE ENTRE LEURS PIEDS ?


Avant même cette finale 2010, deux joueurs, un de chaque côté, cristallisent les craintes ou les espoirs de chaque camp. Wesley Sneijder et Xavi, nommés dans la short list des dix meilleurs joueurs du tournoi, sont les têtes pensantes des Pays-Bas et de l'Espagne. L'équipe qui parviendra à étouffer l'un des deux meneurs aura sans doute fait un grand pas vers son premier titre mondial. A ce sujet, Vicente Del Bosque a-t-il préparé un plan anti-Sneijder ? "Non. Dernièrement, on a eu affaire à ce genre de joueurs qui évoluaient dans sa position, entre les lignes. Ils sont durs à marquer mais il n'y pas de plan anti-Sneijder." Convaincant ? A moitié. Principal intéressé, Xavi, lui, ne veut pas que l'on résume cette finale à ce match dans le match : "Ce n'est pas un duel Sneijder - Xavi mais Espagne - Pays-Bas." A bon entendeur...


UN BALLON, DEUX EQUIPES...


Comme toujours avec l'Espagne, le ballon sera, sur le terrain, le bien le plus précieux de cette finale. Pour vivre et respirer, la Roja a besoin de l'avoir entre les pieds, de le tenir et le caresser avant de piquer son adversaire. Les Pays-Bas ? Un peu moins... Ça tombe bien. Il n'y en a qu'un sur le terrain. "En demi-finale, les Allemands souhaitaient tenir le ballon. Mais on les a forcés à reculer et défendre. Espérons que l'on fera la même chose. Si on garde la balle, on sera dans le vrai", est persuadé David Villa. Difficile de donner tort au co-meilleur buteur de la Coupe du monde (5 réalisations).


PUBLIER UN COMMENTAIRE
LES PLUS VUS

LES DERNIÈRES NEWS TÉLÉFOOT

Edinson Cavani - Ajax PSG
Par François TOUMINET, le 21 septembre 2014 à 22h19, mis à jour le 21 septembre 2014 à 23h39

Ligue 1 : Paris ne tient pas la distance

Logiquement accroché par l'Olympique lyonnais sur sa pelouse du Parc des Princes (1-1), le PSG ne compte que dix points après six journées. Le champion en titre est à trois ...

Gignac - OM
Par François TOUMINET, le 21 septembre 2014 à 20h13, mis à jour le 21 septembre 2014 à 23h44

Ligue 1 : l'OM et Bordeaux, les bons élèves

En surclassant Rennes, l'OM fait la bonne opération et rejoint Bordeaux en tête de la Ligue 1. Metz, à la faveur de son succès sur Bastia (3-1) fait son apparition dans la ...

2 – Yaya Toure – Manchester City - 88
Par François TOUMINET, le 21 septembre 2014 à 18h38, mis à jour le 21 septembre 2014 à 21h44

Manchester City : Lampard fait mal à Chelsea

Le choc de la 5e journée de Premier League a donné lieu à un match nul entre Manchester City et le leader Chelsea (1-1). Frank Lampard, meilleur buteur de l'histoire des Blues, a ...

logAudience