En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ASTON MARTIN

Essai ASTON MARTIN VANTAGE - 2006

A partir de 109 991 €

VANTAGE - 2006

La V8 Vantage a beau être la "petite" Aston, elle n'en demeure pas moins une voiture aussi superbe qu'exclusive: le style " maison " a été modernisé de manière remarquablement inspirée! Impossible de ne pas se retourner sur son passage...


Sous le capot gronde un V8 "atmo" 4,3 litres d'origine Jaguar, mais copieusement remanié par les ingénieurs maison: pistons, bielles, vilebrequin et surtout culasses sont spécifiques. Même les cotes d'alésage et de course sont différentes : de "longue course", ce V8 est ainsi devenu supercarré, pour favoriser les hauts régimes.

Sur la route, ce moteur sait tout faire: du glougloutement grasseyant à bas régime au rugissement rageur en haut. Vif, élastique, il répond toujours présent par une poussée vigoureuse, mais se montre plus policé que le flat-six Porsche. Les perfs sont toutefois en retrait par rapport à l'allemande. En cause, un poids de 175 kg plus élevé qui se traduit encore par une consommation importante (près de 17 litres en moyenne). Heureusement que le réservoir contient 77 litres de sans plomb! Ce V8 est secondé par un ensemble boîte-pont Graziano, comme sur les Ferrari et Maserati à moteur avant.

Cette architecture transaxle est responsable d'une répartition des masses très équilibrée (49-51). Bien campée sur des suspensions rigoureuses, disposant d'une direction ZF à crémaillère précise et bien centrée, la petite Aston se montre à la fois stable et agile. Et en sortie de virage, l'autobloquant de série neutralise efficacement les velléités de patinage... A ce propos, saluons au passage la résistance des ingénieurs britanniques au "tout électronique" qui a fait des ravages ces derniers temps en Allemagne.

Bravo aussi au freinage puissant et endurant, assuré par quatre disques imposants et de gros étriers Brembo 4 pistons, et à la commande de boîte précise et communicative, ce qui n'est pas nécessairement évident avec un mécanisme accolé au pont arrière.
En authentique GT, la V8 Vantage se montre plus facile à vivre au quotidien qu'une 911: suspensions plus conciliantes, habitacle spacieux (pour 2...), bon maintien des sièges, position de conduite parfaite et insonorisation remarquable pour la catégorie.

Ajoutons encore que si la qualité de construction et la finition sont à la hauteur des ambitions de l'auto, l'équipement n'est pas des plus généreux: l'essentiel y est (climatisation automatique, sellerie cuir partielle, sièges électriques...), mais, pour le reste, il faudra recourir aux options, notamment pour le régulateur de vitesse ou la navigation.

Plus chère qu'une Porsche 911 - et aussi un peu moins performante - la V8 Vantage est en revanche beaucoup plus rare sur la route, ce qui rend sa beauté encore plus désirable, surtout pour ceux qui ont toujours préféré le charme britannique à la tradition allemande. Quant à la version découvrable, cela valait la peine d'attendre!

Verdict Automoto

+
Son comportement agile et équilibré
Sa beauté sculpturale
Sa qualité de fabrication
Sa mécanique musicale
Son freinage puissant
Son coffre logeable et accessible
-
Son rapport performances/consommation
Sa masse excessive
Sa dotation de série réduite

Envoyer

logAudience