En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
AUDI

Essai AUDI RS6 AVANT - 2008

A partir de 114 000 €

Essai : Audi RS6 Avant

Le break A6 se transforme une nouvelle fois en chasseur de Porsche, avec cette version 2009 de la RS6 Avant forte de ses 580ch. Tout simplement bluffant pour un véhicule familial !

Si avec les 435 chevaux de la S6 vous avez peur de manquer, les 580 étalons de course de la RS6 sont là pour vous combler. L'heure de la retraite ayant bientôt sonné pour les Mercedes E63 AMG et BMW M5, cette version totalement déraisonnée de l'A6 (pour sa part dans la force de l'âge), entre dans une période favorable durant laquelle elle compte bien faire sa loi. Et vu le contexte actuel, l'art de dissimuler d'exceptionnelles aptitudes sous une enveloppe relativement discrète devrait plus que jamais être apprécié !


Voir les photos


Look sporty-chic pour break de choc

La RS6, essayée ici en version break Avant, ne mégote pourtant pas sur les attributs virils. Nombre d'éléments de sa robe trahissent en effet la formidable armada dont dispose cette allemande bien en chair: calandre alvéolée, ailes amplement élargies, double sortie d'échappement et jantes 5 branches "triples" (optionnelles) de 20 pouces, associées à d'énormes pneumatiques de 255/40 R... La panoplie "sporty-chic" impressionne mais reste de bon goût.

A bord, la présentation flatteuse de l'A6 est délicatement relevée sur la RS6 par quelques touches sportives. Les sièges Recaro aux renflements marqués mettent immédiatement dans l'ambiance, au même titre que le volant 3 branches à méplat ou le compteur gradué jusqu'à 320 km/h... De belles ambitions, que cette Audi invite à partager à 5 tout en préservant assez de place pour les valises. Son coffre de 565 litres aux multiples astuces d'arrimages en fait même une familiale hors pairs. Enfin grâce aux multiples réglages électriques (optionnels pour certains...), le père de famille en quête du grand frisson pourra se ménager une position de conduite aussi douillette qu'efficace.


Est-ce bien raisonnable ?

N'ayons pas peur des mots, le moteur qui se niche sous le capot de la RS6 est une pure folie que bien des sportives n'oseraient se permettre. Pensez donc : 10 cylindres en V gavés par 2 turbocompresseurs, pour un total de 580 ch et 650 Nm de couple... Soit un rapport poids/puissance malgré tout prodigieux d'environ 3,5 kg/ch, ou encore quelque 290 ch par tonne ! Le tout rentré au chausse-pied dans un museau conçu pour des 4 cylindres TDI. D'une cylindrée de 5 litres, cette vitrine technologique combinant injection directe et suralimentation prodigue à ce break des accélérations fatalement vertigineuses. 4,6 secondes lui suffisent pour pointer à 100 km/h, un chrono identique à celui d'une Mercedes C63 AMG break, pourtant plus légère de 230 kg. L'aiguille du compteur de vitesse part à la moindre injonction du pied droit dans une ascension effrénée, avant d'être stoppée net quelques instants plus tard à 250 km/h. Artificiellement, cela va sans dire. Avec sa voix de ténor, le V10 sait également flatter les tympans sans se montrer envahissant pour autant.


Totalement imperturbable

Plus encore que les départs arrêtés, les reprises sidèrent sur ce vaisseau de 2 tonnes et de près de 5 mètres de long : à 160 km/h, une pression sur l'accélérateur incruste encore les passagers au fond de leur siège... Autant dire que les dépassements ne réclament qu'une petite poignée de secondes.

Notons que dans le cas de la RS6, une telle cavalerie ne s'apprivoise pas immédiatement. En effet l'accélérateur très sensible impose une certaine pratique pour éviter les à-coups au démarrage.

Incontestablement, l'équilibre du châssis de la RS6 impose le respect. Imperturbable dans les courbes rapides, l'Audi avance sur des rails, son train avant ne donnant à aucun moment de signes de faiblesse. Les virages serrés réclament un peu plus d'attention étant donnée la surcharge du train avant, mais l'agilité n'est presque jamais prise à défaut. Merci à la transmission quattro réglée « sport », envoyant entre 60 et 85 % du couple aux roues arrière, et au dispositif antiroulis piloté DRC couplant les amortisseurs hydrauliques en diagonale. Un programme taillé pour les performances, mais qui préservent un confort de qualité aux occupants. Et sur mauvais revêtement, la sécurité apportée par la transmission quattro met totalement en confiance. Nul besoin de se cramponner au volant en passant sur les déformations, et ce même à grande vitesse.


Chères prestations

Défouloir pour ingénieurs habitués à grappiller les économies de carburant, l'Audi RS6 offre une surprenante synthèse de luxe, de confort et de sportivité. Sa docilité remarquable en fait une formidable chasseuse de chrono à mettre entre toutes les mains, même si elle reste hors de portée de bien des bourses... Car à 114 000 euros minium le "morceau" (+ 2 600 euros de malus écologique), le tri des prétendants s'annonce rapide !

 

Verdict Automoto

+
Discrétion du design
Equilibre du châssis
Rapport poids/puissance
Confort de l'habitacle
-
Demande un temps d'adaptation
Bridage du moteur
Le prix
Les photos AUDI RS6 AVANT

Envoyer

AUDI NEUVES JUSQU'à -35%

Toutes les Audi neuves jusqu'à -35%
Mots les plus populaires
logAudience