En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
KIA

Essai KIA PICANTO - 2008

A partir de 7 990 €

PICANTO - 2008

En janvier dernier, la Kia Picanto s’est refait une beauté, histoire de ne pas trop se laisser distancer par la concurrence européenne : courbes adoucies, nouvelle calandre, nouveaux projecteurs, nouveau boucliers arrière, etc. A l’intérieur, la console centrale est nouvelle également, de même que la présentation de l’instrumentation. Pour le reste, pas grand-chose à signaler si ce n’est la généralisation de l’assistance de direction électrique. La Picanto est donc toujours proposée avec trois moteurs. En entrée de gamme, le 1.0 se montre volontaire à l’usage, mais sujet aussi à une progression saccadée à faible allure. Le 1.1 (disponible en association avec une boîte automatique), lui, rechigne à prendre ses tours et préfère se cantonner dans des vitesses de rotation basses et moyennes. Dérivé du 1.5 CRDi, le 1.1 CRDi tire en fait sa cylindrée inférieure par son nombre de cylindres, ramené à trois. Sur la route, le petit 3 pattes fait preuve d’un allant assez étonnant. Difficile d’ailleurs de ne pas se prendre au jeu et de se retenir de le cravacher constamment. Mais dans ces conditions, gare à la consommation pouvant atteindre, voire dépasser les 7 l/100 km, alors que Hyundai renseigne une moyenne de 4,4 l/100 km. Privilégiant le comportement routier, les réglages européens de suspension ne nuisent absolument pas au confort de roulage, en ce sens que les mouvements de caisse sont parfaitement contenus et que (pour une voiture de ce gabarit), le filtrage des petites irrégularités est franchement acceptable. Reste qu’un des points forts de la Picanto, c’est son habitabilité. Classique à l’avant, elle surprend à l’arrière, où deux adultes (ou trois enfants) peuvent s’installer confortablement, notamment grâce à la place pour les pieds disponibles sous les assises avant. Généreuse pour ses passagers, la Picanto l’est beaucoup moins pour leurs éventuels bagages. Sous la planche à chapeau, 157 litres seulement sont disponibles, soit une bonne cinquantaine de moins qu’à bord d’une Fiat Panda ou d’une Toyota Yaris, sans compter que toutes deux peuvent bénéficier d’une banquette coulissante alors que la Picanto se contente de dossiers réglables en inclinaison. Heureusement,


Kia Picanto

En janvier dernier, la Kia Picanto s'est refait une beauté, histoire de ne pas trop se laisser distancer par la concurrence européenne : courbes adoucies, nouvelle calandre, nouveaux projecteurs, nouveau boucliers arrière, etc. A l'intérieur, la console centrale est nouvelle également, de même que la présentation de l'instrumentation. Pour le reste, pas grand-chose à signaler si ce n'est la généralisation de l'assistance de direction électrique.

La Picanto est donc toujours proposée avec trois moteurs. En entrée de gamme, le 1.0 se montre volontaire à l'usage, mais sujet aussi à une progression saccadée à faible allure. Le 1.1 (disponible en association avec une boîte automatique), lui, rechigne à prendre ses tours et préfère se cantonner dans des vitesses de rotation basses et moyennes. Dérivé du 1.5 CRDi, le 1.1 CRDi tire en fait sa cylindrée inférieure par son nombre de cylindres, ramené à trois. Sur la route, le petit 3 pattes fait preuve d'un allant assez étonnant.

Difficile d'ailleurs de ne pas se prendre au jeu et de se retenir de le cravacher constamment. Mais dans ces conditions, gare à la consommation pouvant atteindre, voire dépasser les 7 l/100 km, alors que Hyundai renseigne une moyenne de 4,4 l/100 km. Privilégiant le comportement routier, les réglages européens de suspension ne nuisent absolument pas au confort de roulage, en ce sens que les mouvements de caisse sont parfaitement contenus et que (pour une voiture de ce gabarit), le filtrage des petites irrégularités est franchement acceptable.

Reste qu'un des points forts de la Picanto, c'est son habitabilité. Classique à l'avant, elle surprend à l'arrière, où deux adultes (ou trois enfants) peuvent s'installer confortablement, notamment grâce à la place pour les pieds disponibles sous les assises avant. Généreuse pour ses passagers, la Picanto l'est beaucoup moins pour leurs éventuels bagages. Sous la planche à chapeau, 157 litres seulement sont disponibles, soit une bonne cinquantaine de moins qu'à bord d'une Fiat Panda ou d'une Toyota Yaris, sans compter que toutes deux peuvent bénéficier d'une banquette coulissante alors que la Picanto se contente de dossiers réglables en inclinaison.

Heureusement, dossiers et assises peuvent se rabattre sans qu'il soit besoin d'enlever les appuis-tête intégrés, ce qui fait passer le volume de chargement à 882 litres et permet d'obtenir un plancher plat.

Remise esthétiquement au goût du jour, la Picanto séduit toujours par son habitabilité et ses aspects fonctionnels, sans oublier d'être confortable. Revendiquant des aptitudes de petite polyvalente dès lors qu'elle se dote du 1.1 CRDi, elle se montre cependant moins convaincante avec les motorisations à essence.

Verdict Automoto

+
Habitabilité
Caractère du moteur CRDi
Ligne sympathique
Insonorisation correcte
Aptitudes routières (CRDi)
Confort de suspension
-
Petit coffre
Modularité limitée
Valeur résiduelle ?
Essieu arrière parfois percutant
Pas d’essuie-glace arrière intermittent
Montant de pare-brise épais
Les photos KIA PICANTO

Envoyer

KIA NEUVES JUSQU'à -35%

Toutes les Kia neuves jusqu'à -35%
Mots les plus populaires
logAudience