Moteur à cycle divisé : ça fonctionne !

Voir le site Automoto

Le moteur à cycle divisé Scuderi passe un nouveau cap
Par Julien LECORNU|Ecrit pour TF1|2009-07-13T09:27:00.000Z, mis à jour 2009-07-13T09:27:00.000Z

La société Scuderi a réussi à allumer son moteur à cycle divisé. Une nouvelle étape qui encourage le groupe dans ses recherche pour un moteur plus propre et plus performant.

A l’exception notable de la Mazda RX-8, dotée d’un moteur rotatif de technologie Wankel, la plupart des véhicules de série sont ainsi pourvus de blocs à plusieurs cylindres, chacun d’entre eux effectuant un mouvement de translation pour assurer l’ensemble des 4 temps moteur (admission /compression /injection-combustion-détente /échappement), imposant au vilebrequin deux révolutions par cycle de combustion.


Le moteur à cycle divisé Scuderi se distingue par son principe de fonctionnement. En effet, les 4 temps du cycle sont cette fois partagés entre deux types de cylindres appariés. les premiers sont spécialisés dans l’admission et la compression, tandis que les seconds assurent la détente et l’échappement. Le transfert de l’air comprimé est effectué via un canal, ce qui offre une opportunité de stockage en fonction de la charge moteur.


Cette dissociation des temps moteur autorise une gestion plus fine de chaque phase, et permet ainsi au bloc issu de l’imagination de Carmelo Scuderi (1925-2002) de revendiquer, du moins sur le papier, un bond significatif en termes de rendement et de réduction des émissions polluantes. Incidemment, le vilebrequin effectue une unique révolution par cycle.


L’entreprise, qui met en avant l’amélioration significative du rendement et la réduction des oxydes d’azote autorisée par la moindre température de combustion, à encore de nombreuses étapes à franchir avant d’arriver à équiper une voiture de série. Néanmoins, ces résultats constituent un signal très encourageant pour la suite du projet.