Equipe de France : Des systèmes et des questions...

Voir le site Euro 2016 de football

Didier Deschamps
Par Alexandre Coiquil|Ecrit pour TF1|2016-06-16T09:19:01.840Z, mis à jour 2016-06-16T09:19:03.315Z

Alignés en 4-2-3-1 au coup d'envoi face à l'Albanie (2-0), les Bleus n'ont pas trouvé leur bonheur dans ce schéma tactique. Le retour au 4-3-3 leur a ouvert les portes d'un nouveau succès tardif.

Un match, deux systèmes. Obligé d’innover tactiquement face à l’Albanie, après un contenu plutôt décevant aperçu face à la Roumanie, lors du match d’ouverture (2-1), Didier Deschamps et ses troupes se sont cassés les dents pendant 45 minutes face au dispositif ultra-organisé mis en place par Giovanni de Biasi et les Albanais. Il n’a pas tenté le diable non plus. L’essai, concluant en fin de match face à la Roumanie, n’a pas survécu à la première période

« J’ai fait un choix par rapport à un adversaire qui est regroupé, s’est justifié Deschamps en conférence de presse. Je voulais mettre de la vitesse et de la percussion sur les côtés, avec un adversaire qui se regroupe vite. On l’a fait un peu mais pas suffisamment. »

« On a pas tous travaillé ensemble »

Alignés en 4-2-3-1 au coup d’envoi, les Bleus, maladroits en attaque, ont paru perdus au fil des minutes face à leur impuissance offensive. La faute également à un adversaire impeccable derrière et capable de détruire le jeu de construction grâce à un pressing intense. Sans Paul Pogba, laissé sur le banc de touche au coup d’envoi, car Decshamps désirait « deux joueurs qui griffent » à la récupération, les Bleus s’en sont remis au duo Blaise Matuidi - N’Golo Kanté pour récupérer et distribuer le jeu. Pas une combinaison gagnante.

Si le joueur de Leicester, qui a touché 98 ballons pendant la rencontre, ce qui a fait de lui le joueur le plus aimanté par le cuir chez les Bleus, a - encore une fois ! - parfaitement rempli son rôle de numéro six, Matuidi, plus relayeur et adapté au 4-3-3, a eu plus de mal à s’adapter à un système qu’il connaît mal. L’autre victime a été Anthony Martial. Pourtant à l’aise sur l’aile gauche, l’attaquant de Manchester United est passé au travers devant le public du Vélodrome. Deschamps a arrêté les frais à la pause pour faire entrer Pogba et repasser en 4-3-3.

Retour probable du 4-3-3 face à la Suisse

« Le système a entraîné quelques déséquilibres aussi à la récupération, où on ne travaillait pas tous ensemble, a expliqué le sélectionneur français. Donc c’est pour ça que j’ai corrigé à la mi-temps pour avoir un meilleur équilibre, tout en demandant aux joueurs qui évoluaient sur les côtés d’écarter pour ouvrir cette défense ». Le travail de sape a payé. Les Bleus ont multiplié les passages dans les couloirs, fatigué l’Albanie, qui à force de trop reculer a fini par plier à la 90e minute sur le but d’Antoine Griezmann, avant de craquer à nouveau la 95e sur le but de Dimitri Payet.  Le coaching a porté ses fruits et la méthode Deschamps a encore fait mouche.

Après deux rencontres, les Bleus en ont déjà vu de toutes les couleurs tactiquement. Deschamps a surpris, tenté, mais a surtout  réagi quand il le fallait. « Je change dès qu’une chose ne me convient pas ou si j'ai un joueur qui est un petit peu en-dessous, a soutenu le Basque. j’ai des solutions sur le banc pour mettre un coup de booster. » Face à la Suisse, dimanche, plus le droit aux tests. La France devra s’appuyer sur ses acquis et son 4-3-3 pour ne pas se faire surprendre par une Nati laborieuse par moments, mais tout aussi solide que la Roumanie et l'Albanie. Ce sera un test grandeur nature avant les huitièmes.



en savoir plus : Equipe de France de Football, Euro 2016 : France - Albanie