ASSE-OL (3-0) : Les Verts gagnent enfin un derby à domicile

Voir le site Téléfoot

Cohade Van Wolfswinkel - Saint Etienne ASSE
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2014-11-30T22:58:00.000Z, mis à jour 2014-11-30T23:13:27.000Z

Saint-Etienne s'est largement imposé à domicile contre Lyon (3-0) en clôture de la 15e journée de Ligue 1. Impressionnant physiquement et tactiquement, l'ASSE met fin à une série de vingt ans sans victoire au stade Geoffroy Guichard contre son rival rhodanien.

Durant toute la semaine, la pression montait dans les deux camps. Les entraîneurs n'hésitaient pas à affirmer que ce Saint-Etienne - Lyon avait plus de valeur et de passion qu'un OM-PSG. Après les mots, il était temps de passer aux actes. Force est de constater qu'une équipe a plus respecté ces bonnes intentions que l'autre.

Les Verts étaient au top
Incapable de gagner un match en Ligue Europa (5 rencontres, 5 nuls et 2 buts), l'ASSE a fait preuve d'une réaction d'orgueil au meilleur moment en Championnat. Organisés en 3-5-2 comme face au PSG (0-5), les Verts ont imposé d'entrée un rythme élevé à leurs adversaires lyonnais. Dès la 12e minute, Van Wolfswinkel touche le poteau droit de Lopes mais six minutes plus tard, Bayal Sall ouvre le score d'une tête pleine d'autorité à la suite d'un corner. Juste avant la pause une contre attaque rapidement menée offre une situation de surnombre que l'attaquant hollandais parvient facilement à conclure, seul face au but (2-0, 40e). On croyait Saint-Etienne maudit face à Lyon ou victime d'un syndrome d'infériorité face à leur rival. Si c'était le cas, les effets se sont dissipés ce dimanche car en seconde période, ce sont à nouveau les joueurs de Christophe Galtier qui ont dominé les débats. Profitant d'une mauvaise relance de Tolisso, Renaud Cohade aggravait l'écart d'une frappe dans un angle fermé (3-0, 68e). Le Chaudron pouvait exulter, cette victoire ne pouvait plus leur échapper.

Gradel, chef d'orchestre
S'il fallait ne désigner qu'un seul joueur stéphanois dans cette partition parfaitement réalisée, Max-Alain Gradel aurait nos faveurs. Le milieu de terrain offensif ivoirien a dérouté à lui tout seul l'arrière garde rhodanienne. Passeur décisif sur les deux premiers buts, il ne lui a manqué qu'un but pour parachever l'une des plus belles soirées stéphanoises de sa carrière même s'il avait déjà permis aux Verts de s'imposer à Gerland la saison dernière. Victime d'une grave blessure à un genou l'an passé, Gradel n'a pas retrouvé le statut de titulaire indiscutable dans le onze de Christophe Galtier mais sa qualité de percussion en fait l'un des éléments offensifs les plus efficaces de notre Championnat.

L'OL à côté
Pour contrer l'ASSE ce dimanche, Lyon se devait d'être, au moins, au niveau de ses performances en Championnat contre Marseille (1-0) ou le PSG (1-1). Malheureusement pour eux, les Rhodaniens ont failli dans l'engagement physique. Toujours en retard à l'image d'un Bisevac pris de vitesse par Gradel sur le deuxième but, l'OL a subi le match pendant 80 minutes. Les dix dernières minutes ont été plus équilibrées du fait de l'avantage conséquent pour les Verts. Un homme a symbolisé cette détresse d'un soir : Alexandre Lacazette. L'attaquant international a manqué un penalty, tiré trop à droite (79e), et vu sa tête s'écraser sur le poteau droit de Ruffier. Une soirée définitivement à oublier pour le joueur formé à Lyon.

Ce résultat a pour première conséquence de créer un écart entre le duo de tête, l'OM et le PSG séparés d'un point, et l'OL, troisième, désormais sept points derrière le leader phocéen. Un premier tournant dans ce Championnat ?