C'est loin d'être fini...

Voir le site Téléfoot

C'est loin d'être fini...
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-09-10T17:20:05.000Z, mis à jour 2009-09-10T17:20:05.000Z

Le malheur de l'un faisant le bonheur de l'autre, Steve Mandanda s'est rappelé au bon souvenir de Raymond Domenech, mercredi soir en Serbie (1-1). L'ex-numéro 1 des Bleus, qui a suppléé Hugo Lloris après son expulsion, a réussi une bonne prestation et a marqué des points.

La "guerre des goals" n'est pas terminée. Ce qui s'est passé mercredi au Marakana de Belgrade n'a rien d'anodin. Loin de là. Nouveau numéro 1 des Bleus depuis le déplacement aux Iles Féroé (0-1) le 12 août dernier et confirmé comme tel avant la double confrontation face à la Roumanie et à la Serbie, le Lyonnais a eu le malheur de vivre une soirée cauchemardesque face à Zigic et sa bande. Enfin, une soirée... Disons plutôt une dizaine de minutes lors desquelles Lloris a réussi un arrêt sur une tentative lointaine de Kakar, manqué une sortie aérienne et, malheureusement pour lui, commis l'irréparable en accrochant Zigic dans sa surface de réparation. Résultat des courses : un penalty pour la Serbie et un carton rouge pour le portier des Bleus.


C'est loin d'être fini...

Si la faute semble bel et bien réelle puisque le longiligne attaquant serbe a été touché (et a bien joué le coup), Hugo Lloris ne méritait certainement pas d'être expulsé par Roberto Rosetti. L'homme en noir a simplement appliqué à la lettre le règlement avec un manque de discernement manifeste. En effet, expulser le dernier défenseur lorsqu'il est fautif est une évidence. Mais lorsqu'il s'agit d'un gardien, la règle devient caduque. Etant par nature le dernier défenseur de son équipe, le portier devrait être expulsé à chaque faute commise. Ou presque. Ca ne tient évidemment pas debout, d'autant que cela n'est pas appliqué à chaque fois par les arbitres.


Mandanda n'a pas gambergé


Premier gardien expulsé de l'histoire des Bleus, Hugo Lloris a vécu ce moment de vie comme un petit drame : "C'est une injustice, mais bon il faut vite passer à autre chose. En plus je vais être suspendu pour le prochain match. C'est le premier carton rouge de ma carrière. L'arbitre applique le règlement. Mais je suis content quand j'ai vu ce qu'a fait l'équipe après mon expulsion, ils se sont surpassés." L'histoire ne dit pas si Lloris a été ravi par la prestation de Steve Mandanda, entré après son expulsion.


C'est loin d'être fini...

Redevenu numéro 2 dans la hiérarchie des gardiens de but cet été, le Marseillais a envoyé un message, mercredi. Pour la première fois depuis longtemps, Steve Mandanda s'est montré au niveau en équipe de France, réalisant une prestation solide avec quelques arrêts importants. On retiendra une sortie dans les pieds de Zigic et une déviation salvatrice sur une frappe d'Ivanovic. Le ballon a alors terminé sa course sur la barre transversale.


A la peine depuis des mois sous le maillot bleu, l'ancien Havrais a, cette fois, répondu présent dans des conditions particulières. Pourquoi ? Peut-être car il n'a pas eu le temps de gamberger avant d'entrer. Cette soirée, Mandanda devait la passer sur le banc. Du coup, le Marseillais ne s'est pas mis la pression et, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, s'est retrouvé dans la marmite de Belgrade. Il n'a pas cogité. Et a réussi son match. De là à remettre en cause la nouvelle hiérarchie imposée par Domenech, il n'y a qu'un pas...