Diarra prend son temps

Voir le site Téléfoot

Diarra prend son temps
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-09-05T06:30:11.000Z, mis à jour 2009-09-05T06:30:11.000Z

Sélectionné en équipe de France pour la première fois en 2004, Alou Diarra est toujours là, cinq ans après. Mais le Bordelais n'a jamais réussi à s'imposer en tant que titulaire au milieu de terrain. Du haut de ses vingt sélections, Diarra prend son mal en patience.

Un match de l'équipe de France sans Diarra sur le terrain, c'est devenu rare. Quand ce n'est pas Lassana, c'est Alou qui balaye l'entrejeu des Bleus. Parfois, ce sont même les deux qui tiennent la baraque au milieu. C'est plus rare mais ça arrive. En 2009, ce fut le cas face à la Lituanie (1-0, 1er avril). Et ça pourrait l'être samedi soir au Stade de France face à la Roumanie. En l'absence prolongée de Patrick Vieira, ils sont quatre à postuler : Lassana Diarra, Jérémy Toulalan, Abou Diaby et Alou Diarra. "Lass" est quasiment certain de débuter mais l'identité de son alter ego n'est pas encore connue, même si Jérémy Toulalan part avec les faveurs des pronostics.


Promu capitaine des Girondins de Bordeaux à 28 ans, Alou Diarra se tient prêt. Le milieu de terrain attend son heure. Sagement. Si l'ancien joueur du Bayern Munich fait partie des meubles chez les Bleus puisqu'il fréquente le groupe France depuis bientôt cinq ans et a même disputé une partie de la finale de la Coupe du monde 2006, Alou Diarra n'est pas aussi indispensable à la sélection qu'à Bordeaux, un club qui a relancé sa carrière : "Bordeaux m'a apporté beaucoup de confiance et de détermination. Après mon passage à Lyon, j'avais des choses à prouver."


"En sélection, il faut de la patience"


Diarra prend son temps

Vingt sélections en cinq ans, ça ne fait pas des masses. Mais Alou Diarra ne se plaint pas. Le longiligne milieu de terrain prend son mal en patience. L'optimisme est sa nature. A défaut d'avoir toujours raison, le sélectionneur a toujours le dernier mot. Alou Diarra le sait bien : "En sélection, il faut beaucoup de patience, reconnait-il. Il y a des périodes où l'on a moins de temps de jeu. Mais il y a tellement de matches et de circonstances qui peuvent faire de vous un titulaire. Il faut donc toujours être concerné."


Alou Diarra peut d'autant plus l'être que dans l'armada des milieux défensifs postulant à une place de titulaire en équipe de France, le Bordelais a un profil bien différent que celui des deux hommes qui ont actuellement les faveurs de Raymond Domenech. Si Toulalan et "Lass" ont un jeu quelque peu similaire et, jusqu'ici, ne se sont pas montrés très complémentaires, tenter la carte Alou pourrait être une solution. Le principal intéressé ne dira pas le contraire. Mais ne forcera pas la porte non plus, ce n'est pas dans sa nature : "Je fais partie du groupe France depuis plusieurs années déjà. Je me tiens prêt si on m'en donne l'occasion. J'essaye d'apporter le maximum." A bon entendeur.