Govou sort du tunnel

Voir le site Téléfoot

Govou sort du tunnel
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-10-08T05:43:46.000Z, mis à jour 2009-10-08T05:43:46.000Z

Après une saison noire, Sidney Govou a retrouvé la forme au point d'avoir été appelé en sélection nationale pour affronter les Iles Féroé et l'Autriche, en éliminatoire de la Coupe du monde 2010. L'attaquant lyonnais retrouve le groupe des Bleus, dont il est l'un des piliers.

Tout va bien pour Sidney Govou, et c'est déjà pas mal. Buteur la semaine passée à Debrecen (0-4), l'attaquant lyonnais a été rappelé en sélection nationale pour affronter les Iles Féroé et l'Autriche. Ce qu'il a célébré de la plus belle des manières en ouvrant la marque d'une superbe frappe lors de la victoire de l'OL à Lens (0-2). J'ai marqué un beau but, je suis fier de l'avoir marqué. On est les seuls invaincus, on est en tête de la L 1. Ça fait une très belle semaine. Par rapport à l'an dernier, on a un groupe plus homogène, plus uni. Je pars en sélection l'esprit léger, tranquille", s'est-il contenté de déclarer après le succès de son équipe en terre artésienne. Govou avait pourtant fini par oublier ce que représente "une belle semaine".


Car le capitaine des Gones a connu l'année la plus noire de sa carrière avant de retrouver la lumière à l'aube de ces deux matches décisifs dans l'optique de la Coupe du monde. La saison dernière n'avait pas débuté depuis deux mois que l'attaquant lyonnais faisait déjà face à sa première blessure. Touché au genou lors d'un match de Coupe d'Europe face au Bayern Munich, il avait rongé son frein jusqu'au mois de novembre avant de retrouver les terrains. Pour une courte durée. Une blessure aux ischio-jambiers en décembre avait précédé la terrible rupture totale du tendon d'Achille dont il a été victime mi-janvier. Entre temps, Govou avait défrayé la chronique en subissant une garde à vue pour avoir été contrôlé par la police au volant de son Audi S5 avec un taux de 2,6 grammes d'alcool dans le sang. Son retour à la compétition était passé relativement inaperçu, même s'il avait été sélectionné pour le match amical face à la Turquie (1-0) le 5 juin dernier. Et la saison actuelle ne semblait pas démarrer sous les meilleurs auspices, puisque Govou a subi une nouvelle blessure, à la cuisse cette fois-ci, au cours du mois d'août.


"On connaît son poids"


Mais malgré cette succession de coups durs, le Lyonnais a su rebondir. Et il peut savourer son retour sous les feux des projecteurs, au même titre que celui de son équipe en tête du classement de la Ligue 1 après avoir vu sa domination hexagonale stoppée par Bordeaux l'an dernier. "Avec Lyon, cela se passe plutôt bien. J’ai marqué deux buts, j’ai retrouvé un bon niveau physique", affirmait-il au soir du succès de l'OL à Lens. La première place, il ne désespère de voir aussi la France s'en emparer au terme des deux derniers matches éliminatoires pour la Coupe du monde. Et il espère contribuer à une bonne fin de campagne qualificative pour les Bleus. "J’ai envie d’apporter à l’équipe (de France, NDLR), de l’aider à se qualifier. Pour moi, c’est encore jouable, et je compte bien apporter mon état d’esprit de vainqueur. Il faut y croire jusqu’au bout. Pour le moment, on nous voit aller en barrages, cela va être difficile de les éviter, mais on ne sait jamais, un faux pas des Serbes peut arriver et après…", fait remarquer Govou, auteur de 10 buts en 39 sélections chez les Bleus.


Avant de regarder les résultats de la Serbie, la France n'aura pas le droit à l'erreur face aux Iles Féroé et à l'Autriche. "Sid" n'a d'ailleurs pas manqué de souligner le contexte particulier de ces rencontres. "Il ne faut pas jouer le match avant. Tout le monde nous voit déjà assurés d’être en barrage, on est les grands favoris face aux Féroé et à l’Autriche, alors il faudra être sérieux, et gagner, surtout gagner. Pour cela, il faudrait réussir une bonne entame de match pour bien nous lancer dans la rencontre, je pense que cela nous aiderait grandement à nous rassurer rapidement", estime le Lyonnais, âgé de 30 ans. Son retour tombe en tout cas à point nommé pour une équipe de France qui joue son avenir dans la semaine qui vient. Et pour Raymond Domenech, ravi de pouvoir compter sur un joueur qu'il a toujours apprécié. "Il fait partie de l'équipe, il a fait toutes les campagnes, il apporte de la stabilité, on connaît son poids (dans un collectif)", avait-il d'ailleurs souligné pour justifier la présence de Govou dans sa sélection. En pleine réussite, le Gone va maintenant s'attacher à lui donner raison.