Liverpool fait moins peur

Voir le site Téléfoot

Liverpool fait moins peur
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-10-20T10:53:47.000Z, mis à jour 2009-10-20T10:53:47.000Z

Liverpool, qui défie Lyon en Ligue des Champions ce soir, tourne moins bien depuis le début de la saison. Les Reds, en difficulté en défense et toujours aussi dépendants du duo Torres-Gerrard, viennent de subir trois défaites de rang. Et doutent.

. UNE EQUIPE EN PLEIN DOUTE


Qu'il semble loin le temps où les Reds enfilaient les victoires comme des perles. Le début de saison fracassant de l'exercice 2008-2009 marqué par 12 victoires et 4 nuls sur les 16 premiers matches toutes compétitions confondues est définitivement à classer au rang des souvenirs. Aujourd'hui, les Reds ont perdu de leur superbe. Si la défaite de samedi contre Sunderland (1-0) est entachée d'un but gag suite à un tir dévié par un ballon en plastique venu des tribunes, elle symbolise la série noire de Liverpool. Au bord de la crise, le club de la Mersey vient de subir sa troisième défaite de suite, et son quatrième revers de la saison en championnat. Soit deuxde plus que sur l'ensemble du dernier exercice... "Ils ont failli gagner le titre. Et finalement, ils l'ont perdu sur la fin. Le début de la saison suivante est toujours poussif dans ce cas", avance Arsène Wenger dans Téléfoot pour justifier cette période délicate.


. UNE STABILITE PERDUE


Si Liverpool connait des difficultés devant le but depuis quelques matches (270 minutes sans faire trembler les filets), les soucis des Reds sont surtout en défense. Ces dernières saisons, Rafael Benitez avait réussi à construire une équipe solide, particulièrement hermétique. Mais depuis cet été, le mur rouge s'est effrité. Le départ de Xabi Alonso au Real Madrid a laissé un grand vide au milieu de terrain. Orphelin de son collègue espagnol et attendant le retour de blessure de Roberto Aquilani, Javier Mascherano rayonne moins. Et c'est tout Liverpool qui tremble. Vulnérable sur coups de pied arrêtés, l'arrière-garde des Reds n'est plus aussi souveraine. Et Benitez, qui a aligné trois défenseurs centraux en début de match samedi dans un inédit 3-4-2-1, tâtonne pour redonner un semblant de solidité à son groupe.


. LA GERRARD-TORRES DEPENDANCE


C'est la force mais aussi le talon d'Achille des Reds. Depuis l'arrivée de l'Espagnol en 2007, Liverpool vit aux rythmes des exploits de son duo magique Torres-Gerrard. Anfield ne s'en plaint pas tant les deux ont du talent plein les pieds mais, de temps en temps, Liverpool le paye cash. Gerrard, l'enfant de Liverpool capable de débloquer toutes les situations, est le symbole du club, le coeur de l'équipe. Et Torres est devenu le fer de lance de l'attaque des Reds (8 buts cette saison en Premier League). Mais voilà, les deux accumulent les pépins physiques et, quand ils ne sont pas là, Rafael Benitez se retrouve souvent avec une équipe sans génie sur les bras.


Les soucis financiers de Liverpool n'ont pas permis au technicien espagnol de renforcer son attaque cet été comme il le souhaitait. Résultat : la dépendance vis-à-vis du duo Torres-Gerrard est toujours aussi criante. Pour ne pas arranger les affaires des joueurs d'Anfield, le capitaine des Reds et le buteur espagnol sont tous les deux touchés aux adducteurs. Le second est d'ores et déjà forfait face à Lyon, l'Anglais quant à lui devrait être là mais ne sera pas à 100% à quelques jours d'un choc face à Manchester United. "Ce sont des joueurs clefs et je ne peux que prier pour qu'ils reviennent", avait lâché dimanche Benitez, visiblement pas très serein en ce moment...