Manchester a fait le plus dur

Voir le site Téléfoot

Wayne Rooney
Par Eurosport.fr|Ecrit pour TF1|2010-02-16T21:50:00.000Z, mis à jour 2010-02-16T21:50:00.000Z

Grâce à Wayne Rooney, auteur d'un doublé, Manchester United est allé s'imposer à Milan (2-3) en 8e de finale aller de la Ligue des Champions. Les hommes de Ferguson prennent une sérieuse option sur la qualification face à des Rossoneri qui n'ont connu un gros passage à vide en seconde période.

MILAN - MANCHESTER UNITED : 2-3
Buts : Ronaldinho (3e) et Seedorf (85e) pour Milan, Scholes (36e) et Rooney (66e et 74e) pour Manchester United


L'avantage n'est peut-être pas encore décisif. Mais il offre à Manchester United une sérieuse option sur la qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions 2009-2010. Car dans trois semaines, c'est avec un but d'avance que les Red Devils accueilleront l'AC Milan à Old Trafford. Pour s'offrir ce luxe, les triples champions d'Angleterre ont su faire ce qu'il fallait dans ce genre de confrontations en deux manches : marquer à l'extérieur dès le match aller.


La reprise - pour le moins chanceuse - de Scholes (36e) et le doublé de Wayne Rooney (66e et 74e) ont scellé le sort d'une rencontre que l'on imaginait à sens unique. En ouvrant le score dès la 3e minute, grâce à Ronaldinho, le Milan pensait bien s'être placé sur la voie royale. Celle qui aurait dû conduire à une défaite mancunienne aussi lourde que la précédente à Giuseppe-Meazza (0-3, le 2 mai 2007). Celle qui devait lancer les Rossoneri vers une cinquième qualification consécutive en Ligue des champions face à MU.


Rooney débloque son compteur
La nette domination des Lombards avait de quoi accréditer cette thèse. Mais à force de ne pas convertir ses nombreuses opportunités, à force de ne pas profiter des absences de Giggs et de Vidic, le septuple champion d'Europe a laissé la porte entrouverte aux Anglais. Qui l'ont forcée dès le retour des vestiaires. Emmené par un Ronaldinho de gala, le Milan avait fait le spectacle avant la pause. Cuit physiquement, il a sombré à l'heure de jeu, quand Rooney, muet sur la scène continentale, s'est décidé à ouvrir son compteur buts en C1. Magistralement servi par Valencia puis par Fletcher, le meilleur buteur de Premier League a trouvé la faille sur deux coups de tête remarquablement ajustés. Signant au passage ses 24e et 25e réalisations de la saison.


Depuis le départ de Cristiano Ronaldo, on a coutume de dire que le potentiel offensif de Manchester United dépend pour beaucoup de Rooney. Cela s'est de nouveau vérifié mardi soir, où la montée en puissance des Red Devils a coïncidé avec celle de l'ancien joueur d'Everton. La talonnade géniale de Seedorf a bien sonné le réveil milanais dans les ultimes minutes (2-3, 85e). Mais n'est-ce pas déjà trop tard ? Jusqu'à présent, Manchester avait toujours perdu à San Siro. La bande à Sir Alex Ferguson a donc enfin conjuré ce mauvais sort. David Beckham imaginait sans doute des retrouvailles plus heureuses avec son club formateur.