PSG : Pas de " Pastore - dépendance " pour Kombouaré

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par |Ecrit pour TF1|24/10/2011 à 05h51, mis à jour 24/10/2011 à 11h15

Ce dimanche au Parc des Princes, le PSG s'est débarrassé de Dijon, 2-0, grâce à un excellent Nene. Antoine Kombouaré est ravi que l'équipe s'en sorte aussi sans compter sur Javier Pastore.

Le rachat du PSG par QSI (Qatar Sports Investment) cet été a déjà complètement changé la vie du club parisien, et de la Ligue 1 : de l'argent, des indemnités et des salaires astronomiques, et des stars. Et sur le terrain, ça marche !
Victoire pas si tranquille face à Dijon

Dimanche après-midi au Parc des Princes, le Paris Saint-Germain affrontait le seul promu qu'il n'avait pas encore croisé cette saison, Dijon. Et les hommes d'Antoine Kombouaré ont encore fait ce qu'il fallait : ils ont tenu le ballon, fait le dos rond quand il l'a fallu, et trouvé l'ouverture par Nene, deux fois (42e et 90e). Parce que contrairement à ce que l'on pouvait penser avant le match, il ne s'agissait pas d'une ballade de santé, et les Dijonais ont vendu chèrement leur peau, se créant plusieurs occasions.
Quelques sifflets au Parc

Ce PSG encore jeune, encore fragile, encore hésitant aura même du subir quelques sifflets de la part d'un stade devenu très (trop ?) exigeant. Après le match, les joueurs franciliens ne niaient pas les difficultés, comme Mamadou Sakho : « On a gagné dans la douleur. A un moment, on s'est même regarder pour se dire qu'il fallait laisser passer l'orage ». Antoine Kombouaré, lui, reste positif : « J'ai aimé le comportement de mes joueurs. C'est bien, on gagne, on avance, on ne prend pas de but ».
Nene remplace Pastore sous la lumière

Le technicien Kanak se réjouissait aussi du match de Nene, très présent et décisif : « Les buts de Nene sont une réponse à ceux qui parlaient de Pastore-dépendance. Quand certains joueurs sont moins bons, d'autres peuvent les suppléer ». Un Javier Pastore moins déterminant dans le jeu, devenu moyen. Nene, lui, n'en fait pas trop : « Le plus important est de continuer à gagner. L'autre fois c'était Kevin, et puis Javier, et là c'est moi qui marque. Je suis content d'avoir pu aider l'équipe ».

Le PSG est désormais leader de Ligue 1 avec 3 points d'avance sur son dauphin Montpelliérain, 4 sur le champion sortant Lillois et... 14 sur l'ennemi Marseillais. Et même s'il rayonne parfois un peu moins fort, le public parisien a peu de raisons de se plaindre...