PSG : Platini, toujours pas fan, s'en prend à Beckham

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par |Ecrit pour TF1|25/10/2011 à 05h56, mis à jour 25/10/2011 à 05h59

A l'arrivée des investisseurs qataris à Paris, Michel Platini n'avait pas caché son manque d'enthousiasme. Et tandis que l'arrivée de David Beckham est dans les tuyaux, sa position n'a pas changé.

L'arrivée de riches mécènes venus de contrées plus ou moins lointaines (Moyen-Orient, Russie) est en train de changer la face du football européen, de Chelsea à Manchester City en passant par Malaga ou le PSG. Et Michel Platini, président de l'UEFA, ne s'en réjouit pas...
Un président de l'UEFA impuissant

Dès l'arrivée des qataris au PSG (en juin dernier), Platini avait donné le ton: « Je sais que je défends quelque chose qui n'est plus défendable, mais je ne suis pas fan. S'ils ont le droit de le faire, ils le feront. Moi, je suis pour l'identité d'un club plutôt que d'acheter des gens à droite, à gauche ». Et s'il défend lefair-play financier, il ne se fait pas d'illusions : «[Je ne suis] pas très fan des propriétaires étrangers, c'est ce que j'ai dit aux Anglais, mais les lois françaises et anglaises sont ainsi faites, je n'y peux rien, je ne peux rien faire là-dessus ».
Une question d'identité

La légende des bleus et de la Juve a une grande préoccupation : « On peut avoir un propriétaire du Qatar, un directeur sportif brésilien, et pourquoi pas un entraîneur italien et des joueurs d'autres nationalités ; je ne vois pas le rapport avec le PSG. Je vais peut-être passer pour un ringard, mais je préférerais que des gamins des villes concernées commencent à jouer dans leurs clubs plutôt que des joueurs venus d'ailleurs. Moi je suis parti jouer à l'étranger, mais j'ai commencé d'abord dans le club de ma région, à Nancy »
Au tour de Beckham...

Toujours aussi critique, il a vilipendé la possible venue de David Beckham à Paris sur RTL : « Beckham à Paris, ça ne me fait pas peur du tout, ce sera bon pour les magasins et pour le shopping à Paris. A 36 ans... J'aime beaucoup David Beckham, je trouve qu'il a été un très bon footballeur, mais il n'est plus le footballeur qu'il a été. S'il vient c'est pour autre chose que le football ». Le « Roi Michel » a toujours critiqué assez durement ce foot-business qu'il ne combat qu'en sourdine...

Michel Platini ne manque pas une occasion de réprouver la toute-puissance de l'argent dans le football, au mépris de la dimension sportive. Président de l'institution qui organise le football européen, il pourrait aussi agir. S'il le pouvait ou le voulait vraiment...