Comme un grand

Voir le site Téléfoot

bordeau
Par La rédaction|Ecrit pour TF1|2009-10-21T20:38:00.000Z, mis à jour 2009-10-21T20:38:00.000Z

Lors de la troisième journée de la Ligue des Champions, Bordeaux s'est imposé face au Bayern Munich (2-1) et prend la tête du groupe A à mi-parcours.

BORDEAUX - BAYERN : 2-1
Buts : Ciani (29e) et Planus (40e) pour Bordeaux - Ciani (6e, c.s.c) pour le Bayern


Les Bordelais pourront tirer de nombreux enseignements de leur victoire sur le Bayern Munich lors de la troisième journée de la Ligue des Champions (2-1). Les champions de France ont enfin battu un grand d'Europe mais énormément souffert pour décrocher ce succès qui les place en tête du groupe A. Manquant clairement de sérénité et de maîtrise, mais pas de courage, les joueurs de Laurent Blanc sont passés par toutes les émotions jusqu'à la délivrance du coup de sifflet final. Après deux défaites consécutives en championnat, ils ont redressé la barre et comptent deux points d'avance sur la Juventus Turin, victorieuse du Maccabi Haïfa (1-0).


Les Girondins peuvent afficher un grand sourire car la soirée a bien mal débuté pour eux. Bousculés par des visiteurs accrocheurs malgré les absences de Ribéry ou de Robben, les Bordelais craquent dès le premier corner bavarois. Dès la sixième minute de jeu, le malheureux Ciani marque ainsi contre son camp en voulant dégager devant son but (0-1). Même avec un milieu de terrain renforcé, les timides Girondins subissent la puissance bavaroise. Décidés et bien organisés, les hommes de van Gaal remportent la plupart des duels mais commettent également de nombreuses fautes. Sur un long coup franc à ras de terre, Wendel est d'ailleurs tout de près de surprendre le portier des visiteurs (18e). Le Bayern s'en sort bien mais ne tarde pas à payer son trop plein d'engagement.


Bordeaux loupe deux penalties
Les coups francs bordelais s'enchaînent et si celui de Trémoulinas, auteur d'un excellent match, est dévié en corner, Ciani inscrit son deuxième but de la soirée en s'imposant au premier poteau et en réalisant une talonnade inspirée (1-1, 29e). Le défenseur central s'est racheté et la rencontre bascule en quelques instants avec l'expulsion du jeune Müller pour un nouveau tacle trop appuyé (30e). Le Bayern perd son meneur et le public de Chaban-Delmas s'enflamme. Toujours prudents, les Bordelais tardent pourtant à emballer la rencontre. Ils attendent le réveil de Gourcuff pour entrer réellement dans la partie. Enfin dans le rythme après plusieurs ballons perdus, le meneur de jeu décoche une lourde frappe de 30 mètres que Butt dévie du bout des gants (29e). En supériorité numérique, les champions de France mettent la pression sur leurs adversaires et prennent l'avantage grâce à Planus, leur autre défenseur central, qui contre le dégagement d'Altintop (2-1, 40e).


Menant à la marque et évoluant avec un joueur de plus, les hommes de Laurent Blanc se dirigent vers une seconde période tranquille. Ce sera tout le contraire. Si Klose ne se montre guère, Toni fait trembler la défense girondine à lui seul. Fébriles et hésitants, les locaux s'exposent aux contres. Ils tremblent pourtant bien moins que Butt, le portier allemand, qui perd le ballon face à Chamakh et provoque un penalty plus qu'évitable. Sûr de lui, Gourcuff s'élance pour transformer la sanction mais le gardien du Bayern repousse son "audacieuse" Panenka (66e). Quelques instants plus tard, après une sortie aérienne manquée de Carrasso, la tête de Toni heurte le poteau et Bordeaux s'en sort avec une belle frayeur (72e). Les Girondins tremblent en fait jusqu'au bout malgré l'expulsion de van Buyten pour une faute sur Chamakh dans la surface bavaroise car Jussiê manque également son penalty (88e). Après le raté de Cavenaghi à Auxerre, les champions de France doivent se dire qu'ils sont maudits et c'est avec un grand soulagement qu'ils accueillent la fin d'une rencontre pour le moins mouvementée. Ils savent désormais que la qualification pour les huitièmes de finale passe par ce genre de matches à rebondissements.


LA DECLA : Laurent Blanc (entraîneur de Bordeaux)
"On ne peut pas résumer ce match à deux coups de pied ratés. Je le regrette car cela nous aurait donner un peu plus d'assurance. Je pensais qu'on allait avoir un gros match, on l'a eu. Je suis très content de mes joueurs. Ils ont montré leur envie, dans la mentalité, dans les duels. Nous avons vu un bon Bordeaux ce soir. Les joueurs ont tout donné et ils ont respecté ce qu'on avait dit dans la semaine: ne pas oublier les fondamentaux. Si ce sont deux défenseurs qui ont marqué, il ne leur est pas interdit de le faire. A travers Micha (Michaël Ciani, ndlr), c'est toute la défense qui m'a donné satisfaction. Je leur avais reproché certaines choses après Auxerre, ils en ont tenu compte. En Ligue des champions, les 15 premières minutes sont importantes. C'est une sorte de challenge où les joueurs veulent impressionner leurs adversaires. Le Bayern a fait une bonne entame de match et a marqué. Paradoxalement, il nous a permis de rentrer dans le match".