REPORTAGES : Je souhaite connaître le thème qui sera proposé le 20 novembre prochain dans le magazine Reportages. Je vous en remercie.

Voir le site TF1 et Vous

Reportages - Heureux comme un troglo
Par matrevece0|Ecrit pour TF1|2010-11-04T14:40:53.000Z, mis à jour 2010-11-04T14:41:25.000Z

REPORTAGES : Je souhaite connaître le thème qui sera proposé le 20 novembre prochain dans le magazine Reportages. Je vous en remercie.

Le sommaire du magazine REPORTAGES

SAMEDI 20 NOVEMBRE A 13H20


HEUREUX COMME UN TROGLO



En épousant Nicole, Daniel est tombé amoureux des " troglos ". Avant qu'ils ne reviennent au goût du jour, on disait : " troglo " crado, " troglo " noiraud. Avec la vague des " pro-troglos ", on dira : " troglo paradiso " voire " troglhotel " avec piscine à l'abri des regards et chambres d'hôtes. Ces drôles de maisons sous la terre font des adeptes et créent des métiers. Il n'en faut pas plus pour que l'on dise : heureux comme un " troglo " !

Mon mari est tombé amoureux, d'abord de moi et ensuite des troglos " Nicole et Daniel, ex-parisiens et jeunes retraités sont donc des troglodytes... Le terme -troglodytes- qualifie ceux qui habitent dans la roche. L'Anjou et la Touraine en comptent quelques milliers et 45.000 ouvertures ont été recensées dans cette région championne d'Europe du " troglo "... près de 5000 kilomètres de galeries creusées par l'homme depuis le moyen-âge. Daniel et Nicole habitaient un appartement près de Montparnasse et pendant 25 ans, leur " troglo " leur servait de " campagne ". Aujourd'hui, ils vivent à plein temps dans leur maison sous la terre. "On peut faire ce qu'on veut. Si on veut s'agrandir, pas besoin de permis de construire. Il suffit de se cracher dans les mains, prendre une pioche et creuser le rocher et se faire une pièce de plus."

Près de Saumur, un hôtelier a, quant à lui, eu l'idée d'un " troglhotel " avec piscine intérieure. Ce n'est qu'après avoir acheté en 1995 un petit manoir du 16ème avec son épouse que Jacques a découvert les " troglos " de la propriété.



Pour Nicole et Daniel, leur " troglo ", "c'est le paradis ". Un paradis qu'ils ont agrandi en lui adjoignant le " troglo " du voisin, un paradis en pierres de tuffeau qui peut devenir un enfer si on n'y prend garde. Depuis quelques années, les fous de " troglos " ont de nouveaux alliés, les " conforteurs ", qui leur éviteront que le ciel ne leur tombe sur la tête. Forages, barres, injections... C'est cher mais " vivre troglo " sans souci a un prix : " On ne peut pas rénover un troglo comme une maison normale "

Sandrine et Nicolas, futurs habitants " troglos ", sont prêts... Un jour peut-être auront-ils un potager comme Nicole et Daniel qui cultivent haricots et vitelottes sur le toit de leur " troglo ". Un jour peut-être aideront-ils leurs voisins " troglos " à creuser et aménager leur maison sous la terre.


VILLAGES FANTOMES...12 ANS APRES

En 1997, Reportages présentait des histoires de villages désertés, abandonnés souvent malgré eux par leurs habitants. 12 ans après, Christophe Brûlé est retourné dans ces villages fantômes. Au vieux pays de Goussainville, Gaston fait toujours de la résistance et Nathalie, comme sa mère rencontrée en 1997, squatte une maison. Vidé de ses habitants depuis 40 ans, le hameau de Celles dans l'Hérault, est sur le point de renaître. Depuis 1997, sa maire entourée d'une poignée d'irréductibles, lutte pour que son village ne soit plus un village fantôme.

Au vieux pays de Goussainville, à huit kilomètres seulement de l'Aéroport de Roissy, certaines maisons ont été rasées, les arbres ont poussé... Il y a 12 ans, nous avions rencontré Gaston, un irréductible résistant qui n'a quitté ni sa maison ni le village de son enfance " Je resterai là jusqu'à la fin de mes jours. " Il y avait aussi Monique, qui squattait depuis 12 ans une maison abandonnée, avec ses enfants. " On savait qu'on n'avait pas le droit d'entrer dans une maison abandonnée. On avait peur. On n'est pas chez nous mais on a un toit. " Sa mère est décédée mais Nathalie, sa fille qui n'avait jamais revu le reportage, habite la maison juste en face.

Dans l'Hérault, c'est la renaissance d'un village qui se prépare. En 1997, nous rencontrions Joëlle Goudal, la jeune maire de Celles et Mireille. Il y a 40 ans, Celles, village au bord du lac artificiel de Salagou, avait été vidé de ses 80 habitants. 12 ans plus tard, Madame le Maire est toujours là. " Celles doit être remis en état, ça ne peut pas rester comme ça" disait Joëlle à l'époque. Et malgré les apparences, les maisons vides et les grillages... a lieu un événement attendu depuis 41 ans. Joëlle est ravie : " Le département nous rend les maisons avec le Président du Conseil Général, on signe l'acte notarié de cession des maisons et des terrains alentour. C'est une finalité et un nouveau départ. "


Retrouvez les reportages dans leur intégralité, les liens et les infos utiles sur tf1.fr à l'adresse : http://mailtracking.tf1.com/r5.aspx?GV1=FG3P02C01A4B001A9Q002L7CV000GC18D


Raphaële

L'équipe de TF1 & Vous