#ParlementTransparent : Gérard Larcher répond à Quotidien… Mais pas à nos questions.

Voir le site Quotidien avec Yann Barthès

Gérard Larcher
Par Quotidien|Ecrit pour TMC|2017-02-16T19:00:16.269Z, mis à jour 2017-02-16T20:20:13.548Z

Notre opération #ParlementTransparent continuera jusqu’à ce que l’on obtienne des réponses des parlementaires. Et aujourd’hui, nous sommes assez fiers, voire un peu flattés, car nous avons reçu une petite lettre de la part du président du Sénat Gérard Larcher. Et ce n’est pas tout, il nous a également envoyé cette petite vidéo.

Gérard Larcher y détaille les mesures prises par le Sénat pour améliorer la transparence. Mais le Président du Sénat ne répond pas à nos questions. 

 1/ Accepteriez-vous qu’une institution indépendante et externe contrôle les comptes du Parlement ?
Gérard Larcher nous précise qu’ils sont certifiés par la Cour des Comptes. En revanche, la Cour des Comptes n’effectue pas de contrôle de gestion. Elle ne vérifie pas - comme elle le fait à l’Elysée depuis 2009 - chaque facture émise par le Sénat. Le Président du Sénat ne dit pas s’il est favorable ou non à un contrôle externe. 

 2/ Accepteriez-vous qu’une institution indépendante et externe contrôle les dépenses des sénateurs ?
Gérard Larcher précise que l’utilisation de l’Indemnité Représentative des Frais de Mandat, l’enveloppe pour les frais professionnels, est bien encadrée par le Sénat. Le règlement définit globalement comment le député peut dépenser cette IRFM chaque mois. Cependant, personne ne contrôle que ces dépenses sont bien professionnelles. Ni le Sénat, ni une institution externe. Gérard Larcher ne répond pas sur la mise en place d’un contrôle de ces dépenses.

3/ Etes-vous pour ou contre l’interdiction de l’embauche d’un membre de sa famille comme collaborateur parlementaire ?
 Gérard Larcher précise que la liste des collaborateurs parlementaires est publique et le salaire des collaborateurs parlementaires issus de la famille du sénateur plafonné. Mais le Président du Sénat ne nous répond pas sur l’opportunité d’interdire ou non l’embauche d’un membre de sa famille.

Nous continuons notre opération #ParlementTransparent dans l’émission et sur nos réseaux sociaux. Vous aussi, demandez des comptes à vos parlementaires.