Jordan Pickford, le gardien que les Anglais attendaient

Par Yohan ROBLINÉcrit pour TF1

le 23/06/2018 à 05h12, mis à jour le 11/07/2018 à 08h13

Sans vraie expérience au niveau international, Jordan Pickford a été préféré à d'autres gardiens pour assumer dans le rôle de numéro pendant la Coupe du monde. Avec l'objectif de redorer le blason des portiers anglais.

Tout (ou presque) a été dit sur les gardiens anglais. Souvent critiqués, très régulièrement raillés, ils ont même été qualifiés de "passoires" ces dernières années. Immanquablement, on repense aux performances de David "Calamity" James à l'Euro 2004 ou à Robert Green et sa faute de main contre les États-Unis pendant la Coupe du monde 2014. Ce mal indicible, qui a inondé les terres maudites de sa Majesté, est sur le point d'être vaincu. Avec Jordan Pickford, l'Angleterre a peut-être trouvé le gardien qu'elle attend depuis des années. En l'absence de Joe Hart, non retenu pour le Mondial, le portier d'Everton a été propulsé dans le rôle de numéro un juste avant la Coupe du monde. En Russie, il a pour mission de détruire le mythe du gardien anglais maladroit.

>>> Le film du match Tunisie-Angleterre

Excellent au pied, impérial sur sa ligne et solide dans les airs, Pickford a toutes les qualités nécessaires pour devenir l'une des références mondiales à son poste. L'été dernier, Everton n'a pas hésité à débourser 34 millions d'euros pour l'arracher à Sunderland, faisant de l'Anglais le troisième gardien le plus cher de l'histoire derrière Ederson Moraes (Manchester City, 42 millions d'euros) et Gianluigi Buffon (Juventus Turin, 53 millions d'euros). Avec 46 apparitions, dont l'intégralité des 38 rencontres de Premier League, pour sa première saison chez les Toffees, l'enfant de Sunderland a un état d'esprit à tout épreuve. "Rien ne m'affecte, je fais avec. C'est le genre de personne que je suis. Mentalement, je suis capable de bloquer les erreurs. Je ne doute jamais vraiment de moi et je ne pense pas que si je viens à faire une erreur, il y en aura une autre derrière", confiait-il y a quelques semaines. Une énorme confiance en ses capacités qui le caractérise. D'ailleurs, le Toffee en est persuadé, il est au niveau d'un David De Gea, le portier de l'Espagne désigné pour la cinquième année de suite "meilleur gardien de Premier League". "Il a fallu un certain temps à De Gea et je ne pense pas qu'il m'ait fallu autant de temps pour atteindre ce niveau. J'apprends tout le temps et j'ai toujours envie de m'améliorer", assurait-il.

Inexpérimenté, oui... et alors ?

Aujourd'hui âgé de 24 ans, le gardien des Toffees a connu une trajectoire qui est allée crescendo en équipe nationale. Il a fait ses gammes dans les catégories inférieures, avec un quart de finale de Coupe du monde avec les U17 anglais en 2011. Appelé en équipe première pour la première fois en octobre 2016, il n'a fait ses débuts qu'un an plus tard, en novembre 2017, lors du match nul contre l'Allemagne (0-0). Malgré son manque d'expérience au niveau international (4 sélections), le dernier rempart a rapidement donné satisfaction à son sélectionneur Gareth Southgate pendant les matches de préparation au Mondial russe. "Il était très calme, c'était très important", avait commenté le coach britannique, ajoutant à l'époque que titulariser Pickford contre le Nigeria (2-1) revenait "un peu à une déclaration" en sa faveur pour l'échéance russe.


Prêt et capable de prendre des risques lorsqu'il faut relancer au pied, une qualité fortement appréciée par Southgate, le portier n'éprouve aucune peur à l'idée de représenter l'Angleterre dans la compétition suprême. "Ce n'est pas un problème. J'ai joué 38 matches cette saison en Premier League et de nombreux matches en Europa League. C'est de là que vous tirez l'expérience", rappelait-il. Pour son premier match dans le Mondial, face à la Tunisie (2-1), le gardien d'Everton a rattrapé les petits ratés de son équipe. Il s'est certes incliné sur penalty et s'est illustré avec un plongeon totalement inutile, mais Pickford a montré qu'il avait les épaules pour assumer ce poste à responsabilités. Face au Panama, ce dimanche (14h), on aura une nouvelle occasion de le vérifier.

Outbrain