19h30 Médias : Donald Tusk, l’homme qui se dresse face au parti conservateur en Pologne

Dans deux semaines, les élections législatives se tiendront en Pologne. L’ancien premier ministre et leader de l’opposition, Donald Tusk est déterminé à reprendre sa place face aux conservateurs, actuellement au pouvoir. C’est pourquoi l’homme de 66 ans organisait un rassemblement de grande ampleur dans les rues de la capitale Varsovie dimanche dernier. La chaîne d’information principale du pays, hostile à Donald Tusk, annonçait en revanche un chiffre beaucoup moins conséquent. Le dirigeant Jaroslaw Kaczynski a déclaré durant un meeting que son opposant était « la personnification du mal en Pologne ». Et alors que la même chaîne polonaise organisait un meeting, il ne s’y est pas présenté, et a déjà pris ses mesures drastiques concernant ce média s’il est élu. Dans deux semaines, se tiendront les élections présidentielles en Argentine, avec un grand favori, Javier Milei. Un homme politique avec un caractère décrit par les médias du pays comme populiste et extravagant. C’est à la surprise générale que l’homme âgé de 52 ans a remporté les élections primaires cet été. L’ancien joueur de football, économiste ou encore chanteur de rock est un savant mélange de Donald Trump, dans ses convictions et de Mick Jagger dans l’allure. Le personnage ultra-libéral n’hésite pas à se montrer particulièrement offensif sur les chaînes du pays, et à tacler sévèrement la gauche, l’Etat argentin, et récemment le pape François, avec des mots particulièrement crus. C’est en surfant sur l’échec des partis traditionnels que Javier Milei s’est aussi fait un nom et a gagné en popularité notamment dans les quartiers pauvres touchés par l’inflation. Le Premier ministre britannique, Riski Sunak joue actuellement sa survie politique. Son parti, en perte de vitesse, se trouve dans une situation délicate face à la montée des Travaillistes. C’est à Manchester, durant la conférence annuelle du parti conservateur mercredi dernier que le chef du pays s’est donc montré offensif et conquérant en scandant : « le temps du changement c’est maintenant, et le changement c’est nous ». Et parmi ses mesures phares, l’interdiction progressive du tabagisme ou la division par deux de l’inflation. Mais c’est surtout le thème de l’immigration qui était au centre de cet évènement, avec à ses côtés des personnalités politiques encore plus à droite que lui. C’est le cas notamment de la Secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Suella Braverman, particulièrement offensive sur l’immigration et « l’idéologie de genre ». Et cela semble être une réussite car l’avance des Travaillistes se réduit dans les sondages ces derniers jours. Aux Etats-Unis, les Late Show sont bel et bien de retour après l’accord trouvé entre les scénaristes et les studios après plus de cinq mois de grève. Jimmy Fallon, Jimmy Kimmel ou encore Seth Meyers étaient donc particulièrement excités de retrouver leurs plateaux et le public. Mais ces derniers n’avaient tout de même pas chômé, en passant l’été à produire un podcast depuis leur domicile afin d’aider financièrement leurs équipes. Ils ont rendu hommage à leurs auteurs et n’ont pas hésiter à tacler les studios.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
11m

Quotidien

À suivre