19h30 Médias : George Santos alias le plus gros mytho de l’histoire des Etats-Unis

George Santos a été élu à la Chambre des représentants des Etats-Unis. Il est le premier républicain ouvertement gay à avoir remporté un siège au Congrès sans jamais avoir été élu auparavant. Problème : selon le New York Times, il aurait menti sur... toute sa vie. Face à la polémique, George Santos a dû avouer qu’il n’avait jamais travaillé pour les grandes banques américaines Goldman Sachs et Citigroup et qu’il n’avait pas obtenu de diplôme de la prestigieuse New York University, contrairement à ce qu’il prétendait. Néanmoins, ses mensonges ne s’arrêteraient pas là puisqu’il avait affirmé que quatre de ses employés avaient été tués lors d’une fusillade dans un club gay d’Orlando en Floride et que sa mère avait disparu lors des attentats du World Trade Center du 11 septembre 2001. L’élu a dû s’excuser publiquement à la télévision. Mais ses électeurs et ses concurrents ont demandé sa démission. Le scandale a fragilisé le parti Républicain qui avait obtenu de très peu la majorité à la Chambre des représentants. Lula a été officiellement investi président du Brésil pour la troisième fois, dimanche 1er janvier. La cérémonie d’investiture a été célébrée en grande pompe devant une dizaine de milliers d’habitants vêtus de rouge, la couleur du Parti des Travailleurs. Il est arrivé comme une rock star à bord de la traditionnelle Rolls Royce décapotable. Submergé par l’émotion, il a prononcé son tout premier discours en évoquant la fracture économique du pays. La cérémonie s’est poursuivie par un festival de musique qui a duré plus de 18 heures. L’ancien président du Brésil Jair Bolsonaro n'a pas assisté à la cérémonie d’investiture du nouveau chef d’Etat Lula, le dimanche 1er janvier. Au même moment, il était, seul, dans un KFC, en Floride. En effet, l’ancien président a quitté le Brésil deux jours avant la fin de son mandat pour les Etats-Unis car il ne bénéficiait plus de son immunité présidentielle. Il n’a jamais félicité son successeur pour sa victoire. Mais avant son départ, Jair Bolsonaro aurait fait verrouiller toutes les portes du palais présidentiel. L’équipe de Lula a dû faire appel à un serrurier. Ce mauvais coup n’a pas empêché Lula de prendre ses premières mesures en tant que président : il a investi 37 ministres dont 11 femmes. Il a signé comme il l’avait promis plusieurs décrets en faveur de la protection de l’environnement et est revenu sur les mesures de son prédécesseur qui facilitaient l‘accès aux armes. Une vingtaine de chefs d‘Etat ont assisté à la cérémonie d’investiture de Lula au Brésil. Parmi eux, il y avait le président allemand Frank-Walter Steinmeier, les chefs d’Etat portugais Marcelo Rebelo de Sousa et argentin Alberto Fernández et le roi d’Espagne Felipe VI. La France a choisi quant à elle d’envoyer Olivier Becht, le ministre français du Commerce extérieur. Emmanuel Macron avait tout de même adressé ses félicitations au nouveau président via son compte Twitter. Lors de la cérémonie, le président Lula a souhaité observer une minute de silence en hommage à Pelé, la légende brésilienne du football, disparu le 29 décembre dernier à l’âge de 82 ans. En Allemagne, Christine Lambrecht, la ministre de la Défense est au cœur d’une polémique après la diffusion d’une vidéo de vœux sur son compte Instagram. La ministre s'est filmée avec son téléphone et est apparue les cheveux ébouriffés par le vent et la voix couverte par les feux d’artifice. Elle a déclaré : “Une guerre fait rage au cœur de l’Europe. J’ai pu en tirer de nombreuses impressions particulières ainsi que beaucoup de rencontres avec des gens intéressants et formidables. Pour cela, je dis un grand merci”. Après cette déclaration complètement déplacée, la ministre a subi de nombreuses moqueries et critiques de la part de la presse conservatrice et de l’opposition qui a réclamé sa démission. Même les membres de son propre camp, le parti social-démocrate, n’ont pas caché leur embarras face à cette nouvelle bourde de leur collègue. Les membres du célèbre groupe de musique Black Eyed Peas ont porté des brassards aux couleurs de l’arc-en-ciel lors d’un show télévisé pour le Nouvel An en Pologne. Ce geste avait pour but de soutenir la communauté LGBTQ+ opprimée dans le pays. La séquence a scandalisé les ministres et élus polonais de droite et d’extrême droite. Sur Twitter, Janusz Kowalski, le vice-ministre de l’Agriculture du parti conservateur Pologne Solidaire a qualifié leur prestation d’“homo-propagande”. Le leader du groupe, Will.i.am, a répondu qu’il souhaitait par ce geste répandre l’amour et honorer les différents types de personnes sur Terre. Le prince Harry s’est confié sur sa vie intime et sur la famille royale dans son premier livre autobiographique dont la publication est prévue pour le 10 janvier. Un mois après la diffusion du documentaire Netflix sur son couple avec Meghan Markle, il s’est livré sans filtre lors de deux interviews dont plusieurs extraits ont enflammé la presse britannique. Le fils du roi Charles III y fait le récit d’une violente altercation avec son frère William, de sa consommation de cocaïne et de cannabis et de son opposition au remariage de son père. La réconciliation entre les deux frères semble être compromise. Une question taraude les Britanniques : le prince Harry assistera-t-il au couronnement de son père le 6 mai prochain ? Le duc de Sussex a esquivé la question lors d’une interview.
En savoir plus sur Julien Bellver

13m

Quotidien

À suivre