19h30 Médias : le bilan de la marche contre l’antisémitisme

Depuis son annonce par Yaël Braun-Pivet et Gérard Larcher, respectivement directeurs de l’Assemblée nationale et du Sénat, la marche contre l’antisémitisme, qui a eu lieu ce dimanche, a provoqué de nombreux remous. Dans un contexte d’inquiétude et quelque peu anxiogène ces dernières semaines, le rassemblement en soutien aux Juifs de France a finalement été une réussite, réunissant plus de 105 000 personnes dans les rues de Paris, mais également aux quatre coins de la France. En tout, 182 000 personnes se sont mobilisées. Des symboles de paix étaient massivement présents au sein du cortège, que l’on a pu voir sur les antennes du monde entier. Pour l’occasion, la Première ministre, Elisabeth Borne, ainsi que les deux anciens présidents de la République, Nicolas Sarkozy et François Hollande, ont dévoilé une grande banderole portant le message « Pour la République, contre l’antisémitisme ». Sur les chaînes d’information, l’absence d’Emmanuel Macron a évidemment fait beaucoup réagir, lui qui a finalement préféré adresser une lettre aux Français. Une absence a fortement été commentée ce dimanche lors de la marche contre l’antisémitisme, celle des membres de La France Insoumise, qui auraient boycotté eux cette marche, suite à la présence du RN. Jean-Luc Mélenchon s’est encore fendu d’un tweet polémique alors que les grandes figures de LFI s’étaient finalement réunies près de l’ancien Vel d’Hiv de Paris, dans l’agitation. Et ce alors que la polémique autour des propos de David Guiraud sur fond de conflit israélo-palestinien à Tunis ne cessent de prendre de l’ampleur. Le député des rangs de La France Insoumise, David Guiraud était en Tunisie il y a quelques jours, et plus précisément à Tunis lors d’un évènement intitulé « Peut-on encore défendre les Palestiniens en France ? » où il a pris la parole, aux côtés de l’activiste pro-palestinienne, Rima Hassan, et du militant, Taha Bouhafs. Durant près d’une heure demie, les débats se centrent sur les « mensonges commis par l’Etat israélien depuis des années », mais également sur « le soutien inconditionnel du parti présidentiel à l’Etat d’Israël », ou encore sur les « discours racistes et islamophobes au sein des médias français. Et après les sorties de route de son groupe politique suite aux attaques terroristes du 7 octobre dernier en Israël, David Guiraud n’a pas manqué de faire polémique de par ses propos : « Le bébé dans le four, ça a été fait, en effet, par Israël », ou encore « La maman éventrée ça a été fait, c’est vrai, par Israël ». Le membre de LFI s’est également prêté à une comparaison approximative entre le conflit Israël-Hamas et les massacres de Sabra et Chatila en 1982. Un épisode durant lequel des phalanges chrétiennes libanaises ont assassiné des milliers de Palestiniens à Beyrouth. La présence du Rassemblement National a été largement commentée en France et à l’étranger. Une marche qui restera en ce sens pour de nombreux analystes, historique pour le Rassemblement National. Alors que plusieurs anciens Premiers ministres et présidents de la République étaient en tête de cortège, le carré du Rassemblement National se trouvait lui en queue de peloton. Et malgré les critiques lancées notamment par l’extrême-gauche, Marine Le Pen a elle balayé toutes les critiques.
En savoir plus sur Julien Bellver

Quotidien
12m

Quotidien

À suivre