19h30 Médias : le discours guerrier de Vladimir Poutine n’a pas eu lieu

Il y a 77 ans, le 8 mai 1945, le monde célébrait la fin de la Seconde guerre mondiale. Décalage horaire oblige, la Russie célèbre cette victoire le 9 mai. Ce lundi, le monde avait les yeux tournés vers les célébrations russe et le défilé militaire des armées de Vladimir Poutine qui mène depuis deux mois une guerre en Ukraine. Dans un discours aussi attendu que redouté, le dirigeant russe a dit craindre la possibilité d’une « guerre globale », lui qui multiplie pourtant les menaces ces dernières semaines. À Kiev, le président Volodymyr Zelensky a lui aussi prononcé un discours pour commémorer la victoire du 8 mai 1945, tout en assurant que la victoire serait une nouvelle fois accordée aux Ukrainiens dans leur guerre face à la Russie. En Ukraine, les bombardements continuent de pleuvoir, notamment à Kiev et Odessa où se trouvait le président du Conseil européen, Charles Michel. Dimanche, dans une ville de l’est de l’Ukraine, une frappe aérienne sur une école a fait 60 morts parmi les civils. Accusée, la Russie rejette la responsabilité sur l’armée ukrainienne. Au Parlement européen, après la mort de 60 civils dans le bombardement d’une école dans l’est de l’Ukraine, Emmanuel Macron est revenu sur la possibilité d’une adhésion du pays à l’Union européenne. Un socialiste ovationné par une foule d’Insoumis : l’image est rare, mais vraie. Olivier Faure, le patron du PS était ce week-end à la convention de la NUPES, la Nouvelle union populaire écologique et sociale. Jean-Luc Mélenchon, qui ne s’est pas privé de rappeler le caractère « historique » de l’union, a annoncé ne pas être candidat aux élections législatives : pour cause, quand on veut être Premier ministre, autant être pleinement disponible. Une grande union de la gauche, sur le papier, ça fait rêver. Dans les faits, c’est déjà un peu plus compliqué. À un mois des élections législatives, ça chauffe déjà dans plusieurs circonscriptions, comme celle de la 14ème du Rhône, où la NUPES présente le journaliste Taha Bouhafs face à un candidat communiste. À Paris, les fantômes du PS sont de retour pour soutenir les candidats socialistes dissidents. De retour 15 jours après sa défaite à l’élection présidentielle, Marine Le Pen a choisi un déplacement en toute sécurité, sur ses terres, à Hénin-Beaumont pour les commémorations du 8 mai 1945.

12m
Dispo + 30jQuotidien

Vidéos similaires

Pourquoi Jean-Luc Mélenchon n’est pas candidat aux législatives
2m36
10m
12m
EXTRACT - Jeudi 05/05/22 - 19:3019h30 Médias – Législatives : jour de vérité au PSQuotidien
10m
11m
EXTRACT - Mercredi 01/06/22 - 19:3019h30 Médias : où est passé le nouveau gouvernement ?Quotidien
8m
EXTRACT - Mercredi 01/06/22 - 20:1520h15 Express : Marine Le Pen a-t-elle déclaré forfait ?Quotidien