19h30 Médias : l’immunité collective en France ? C’est mal parti

Quand pourrons-nous atteindre l’immunité collective en France ? Pour y parvenir, il faudrait avoir vacciné 90% de la population adulte d’ici le 1er septembre. Le scénario paraît impossible : pour l’instant, seuls 6% des Français ont reçu leurs deux injections. Autre problème : seuls 56% des Français se déclarent prêts à se faire vacciner, 36% chez les 18-24 ans. Autrement dit, même dans le meilleur des cas, le virus continuera à circuler et on ne pourra pas lever toutes les mesures ou abandonner le port du masque tout de suite. Aux États-Unis, le président Joe Biden vient d’annoncer l’ouverture de la vaccination pour tous, sans critère de priorité, dès le 19 avril prochain. Dans le pays, on commence déjà à retourner à une vie à peu près normale, comme au Texas où 40 000 supporters ont pu assister à un match de baseball mardi. Au Brésil en revanche, la situation est catastrophique. Le fameux « variant brésilien » a complètement changé la donne : il y a trois fois plus de morts quotidiennement que lors de la première vague dans le pays. Les décès sont tellement nombreux que les cimetières doivent désormais ouvrir la nuit pour réussir à suivre. Pour le président, Jair Bolsonaro, il n’est toujours pas question de s’inquiéter. Édouard Philippe est en pleine promo depuis une semaine. L’ancien Premier ministre publie avec l’eurodéputé Gilles Boyer « Impressions et lignes claires », le départ d’une campagne présidentielle ? Pour l’heure, Édouard Philippe ne s’est pas déclaré candidat et s’il devait se lancer, ce serait dans un trou de souris. Attaqué aussi bien par les Macronistes que par les Républicains, famille politique dont il est pourtant issu, ou encore par la gauche, l’ancien Premier ministre aura du pain sur la planche. En Russie, Alexeï Navalny a démarré une grève de la fin depuis la fin mars pour dénoncer ses conditions de détention. Mardi, ses soutiens se sont rendus devant le centre de détention où est retenu Alexeï Navalny. Sa médecin, Anastasia Vassilieva, a été interpellée ainsi que plusieurs autres soutiens et même un journaliste de CNN. Mardi, la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel étaient reçus par Recep Tayyip Erdogan à Ankara pour relancer les relations entre l’UE et la Turquie. Problème : le président turc n’avait prévu que deux sièges pour les recevoir. On a donc pu voir les images de Recep Tayyip Erdogan et Charles Michel prenant place dans leur fauteuil pendant que la présidente, interloquée, cherche où s’asseoir.

9m
Dispo + 30jQuotidien

Vidéos similaires

50s
EXTRACT - Mercredi 07/04/21 - 19:29Grosse pensée pour Loric qui a tenté de faire annuler le BrevetQuotidien
3m13
EXTRACT - Mercredi 07/04/21 - 19:56Dîners clandestins : les journalistes de M6 se défendentQuotidien
9m
EXTRACT - Lundi 14/06/21 - 19:3019h30 Médias : le couvre-feu est-il devenu inutile ?Quotidien
12m
EXTRACT - Mardi 02/02/21 - 19:3019h30 Médias: pourra-t-on partir en vacances en février ?Quotidien
12m
EXTRACT - Mardi 11/05/21 - 19:3019h30 Médias : faut-il vacciner les enfants et les ados ?Quotidien