19h30 Médias : "Ne croyez pas à la propagande", la journaliste russe Marina Ovsiannikova interrompt une émission en direct

« Non à la guerre, ne croyez pas à la propagande. Ici, on vous ment. Les Russes contre la propagande ». C’est avec ce message écrit sur une pancarte que la journaliste Marina Ovsiannikova a fait irruption en direct sur la première chaîne de télévision de Russie. Son action et son courage sont depuis à la Une des journaux du monde entier. Marina Ovsiannikova a été arrêtée quelques instants après son happening et libérée après un passage au tribunal et condamnée à payer une amende de 30 000 roubles. L’intervention de Marina Ovsiannikova a fait le tour du monde, mais chaque jour, à leur niveau, les Russes multiplient eux aussi les messages anti-guerre. Sur les réseaux sociaux, les scènes d’arrestation se multiplient ces derniers jours. Au vingtième jour de la guerre, l’armée russe poursuit ses frappes sur toutes les grandes villes du pays. Kiev reste la première cible de Vladimir Poutine. À Horenka, en banlieue de Kiev, un journaliste de Fox News ainsi que sa fixeuse ukrainienne ont été tués ce mardi. Ce week-end, le journaliste américain Brent Renaud avait lui aussi succombé à ses blessures après une attaque russe. La Chine va-t-elle aider la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine ? Le Kremlin aurait envoyé une demande à son allié chinois, qui hésite. Pour la Chine, apporter son soutien à Vladimir Poutine reviendrait à se lancer dans une guerre par procuration contre l’Occident, un risque que le président Xi Jinping n’est pas certain de vouloir prendre. La Chine n’en a pas fini avec le Covid. Dans le pays, 50 millions de personnes sont actuellement confinées face à une vague du variant Omicron qui fait beaucoup de dégâts dans une population mal vaccinée. Lundi soir, huit des douze candidats à l’élection présidentielle se sont succédés sur le plateau de TF1. Chacun leur tour, ils ont évoqué leur programme, la situation en Ukraine, les impôts ou encore les retraites. Ce qu’il fallait regarder ce mardi matin, plus que les audiences de l’émission, ce sont les courbes pendant les prises de parole des candidats qui ont parfois perdu plusieurs centaines de milliers de téléspectateurs d’une minute à l’autre. Emmanuel Macron déroule sa campagne présidentielle sans débat et sans meeting. Le président n’en a pas besoin : ses équipes le font pour lui. Aux Docks de Marseille ce week-end, les En Marche organisaient une réunion publique sans leur candidat, mais avec leur dernière prise : l’ex-LR Renaud Muselier. Emmanuel Macron a tout de même pris le temps de leur envoyer un petit message, mais pour suivre l’emploi du temps du président, c’est du côté d’Instagram qu’il fallait regarder.

12m
Dispo + 30jQuotidien

Vidéos similaires

10m
11m