À l’ouverture du procès de l’affaire Mila

Le procès des harceleurs de Mila s’est ouvert ce jeudi au tribunal de Paris. Treize personnes comparaissent pour harcèlement et menaces de mort à l’encontre de la jeune femme qui avait critiqué l’Islam sur les réseaux sociaux. Azzeddine Ahmed-Chaouch était à l’ouverture du procès. En 2020 sur Instagram, Mila, inconnue du grand public, répond à un jeune musulman qui l’insulte et critique vertement l’Islam. Rapidement, ses propos sont relayés sur les réseaux sociaux et divisent la société : peut-on vraiment tout dire ? Le droit au blasphème a-t-il des limites ? Les hashtags #JesuisMila et #JenesuispasMila inondent les réseaux sociaux et remontent jusqu’aux chaînes d’infos. Au milieu de cette polémique, Mila, 16 ans, vit un véritable lynchage numérique. Harcelée, menacée de viol et de mort, la jeune femme quitte son école, est placée sous protection policière et vit désormais cachée. Le procès de treize de ses harceleurs s’est ouvert ce jeudi au tribunal de Paris, en présence de Mila, sous haute protection policière. Ils sont 10 hommes et trois femmes, ils ont entre 18 et 30 ans, sont musulmans, catholiques ou athées. Azzeddine Ahmed-Chaouch, Abda Sall et Arthur Després étaient à l’ouverture du procès.

6m
Dispo + 30jQuotidien
Quotidien

Vidéos similaires

2m53
EXTRACT - Jeudi 30/09/21 - 20:21Nouveau procès Mila : "Je ne lâcherai rien"Quotidien
1m49
1m50
4m48
EXTRACT - Mardi 19/10/21 - 20:00La Brigade : Reiser, féministe avant l’heureQuotidien