Emmanuel Macron et l’extrême droite, l'arroseur arrosé

Au soir de son élection en 2017, Emmanuel Macron avait assuré tout mettre en œuvre pour qu’en 2022, plus personne ne veuille voter à l’extrême droite. Résultat, en cinq ans, l’extrême droite a pris près de 8% dans les intentions de vote. Cette hausse du vote extrême, Emmanuel Macron consent à en prendre une (petite) part de responsabilité. Le président y voit surtout la faute des récentes crises et… des médias, qu’il accuse d’avoir banalisé Marine Le Pen. Pour creuser l’écart avec sa concurrente, le président-candidat a trouvé sa stratégie : l’associer systématiquement à Éric Zemmour, considéré plus radical et plus dangereux, et dénoncer leur populisme. Problème : en désignant les médias comme responsables, Emmanuel Macron aussi utilise des arguments populistes. En cinq ans de mandat, il n’a d’ailleurs pas hésité à aller sur le terrain de l’extrême droite : son interview à Valeurs Actuelles en 2019, son rapport à Jeanne d’Arc, ses propos sur le Maréchal Pétain ou sa proximité avec Philippe de Villiers ont tous brouillé les pistes.

5m
Dispo + 30jQuotidien

Vidéos similaires

11m
EXTRACT - Vendredi 15/04/22 - 19:3019h30 Médias : le voile et l’écologie de retour dans la campagneQuotidien
4m16
12m
14m
10m
12m
EXTRACT - Mardi 07/06/22 - 19:3019h30 Médias : Jean-Luc Mélenchon est-il anti-flics ?Quotidien