La Brigade : l’impossible débat autour de la série “The Idol”

La nouvelle série événement “The Idol” présentée au festival de Cannes ne fait pas l’unanimité mais soulève des questions importantes. La série marque le premier rôle de la popstar The Weeknd et la première série d’envergure pour Lily-Rose Depp. Depuis la sortie de la série, les internautes et la presse sont très mitigés. De nombreux articles dénoncent une sexualisation excessive et gratuite de l’héroïne interprétée par Lily-Rose Depp, des scènes de sexe longues, voyeuristes et dérangeantes, en résumé la présence de fantasmes masculins hétérosexuels dépassés voire misogynes. The Weeknd, co-créateur du projet, interprète un patron de boîte de nuit, gourou de secte toxique et Lily-Rose Depp joue une pop star célèbre et pleine de doutes qui tombe sous son emprise. Quelques mois avant la sortie de la série, le magazine Rolling Stone a révélé qu’en avril 2022, alors que la série était tournée à 80%, la showrunneuse Amy Seimetz avait été écartée du projet. The Weeknd aurait trouvé que la série prenait un point de vue trop féminin et féministe. Le projet est alors confié à Sam Levinson, créateur de la sulfureuse série “Euphoria”, qui licencie une partie du casting, réécrit le scénario et retourne toutes les scènes. Les critiques adressées à la série catalysent tous les débats de l’époque : Sam Levinson est critiqué pour avoir mis en images ses fantasmes. Mais pour lui, la série est représentative de la sexualisation de la jeunesse actuelle. Lily-Rose Depp quant à elle, affirme qu’elle n’a jamais autant aimé travailler avec un réalisateur et qu’on ne l’a jamais laissée avoir autant de contrôle sur un rôle. Le débat se complexifie quand Sam Levinson accuse les journalistes de réduire Lily-Rose Depp à ses scènes de sexe et à sa nudité et d’être eux-mêmes sexistes.
En savoir plus sur Ambre Chalumeau

Quotidien
4m57

Quotidien

À suivre