La Brigade : "Retour à Reims", guide de lecture des classes sociales françaises

Ce mercredi 30 mars est sorti au cinéma « Retour à Reims (Fragments) », un documentaire signé Jean-Gabriel Périot qui s’est inspiré du livre du même nom du philosophe Didier Eribon publié en 2009. L’auteur y raconte comment, trente ans après avoir fui sa ville natale pour monter à Paris, Didier Eribon a fait le chemin inverse, chez sa mère, pour revenir sur son passé. « Retour à Reims », c’est l’histoire d’un déchirement identitaire, celui d’un jeune homme homosexuel qui grandit dans un milieu homophobe ». Il y raconte la difficulté de s’affirmer en tant qu’homme gay hors des grandes villes et des milieux privilégiés, une réalité encore très présente en 2022. « Retour à Reims », c’est aussi l’histoire d’une différence sociale. Durant toute son enfance, Didier Erbon a voulu fuir ses parents et son milieu social modeste, dont il avait honte, pour devenir un « intellectuel » à Paris. Ce livre, c’est aussi un livre de réconciliation avec lui-même, avec ses racines, mais pas que. Dans « Retour à Reims », le philosophe cherche à raconter, à expliquer les classes populaires dont il est originaire : le milieu ouvrier des années 1950 et 1960. C’est ce côté politique que le réalisateur Jean-Gabriel Périot a voulu mettre en avant dans son documentaire. Comprendre, comme Didier Eribon, comment des familles farouchement communistes ont fini par se tourner vers le Front national, comment l’effondrement de la gauche et la montée de l’extrême droite chez les classes populaires ont durablement modifié la politique d’aujourd’hui.

4m13
Dispo + 30jQuotidien