La Culture : « La chambre des écureuils », le livre où tout est joli

Comme chaque vendredi, Ambre Chalumeau partage ses recommandations culture du week-end. Elle entame sa chronique avec un ouvrage intitulé « La chambre des écureuils » de Marie-Laure de Noailles », réédité. Un roman publié à l’origine en 1955 par cette immense mécène, connue comme étant à l’époque une amie de nombreux artistes. Elle a notamment financé les films de Luis Bunuel, et n’a pas hésité à poser dans des tenues particulièrement loufoques pour le photographe Man Ray. L’histoire met en lumière une jeune fille dans les années 1940 qui enquête sur l’histoire de la maison où elle vit sur la Côte d’Azur, et sur sa famille. Côté musique, coup de projecteur d’Ambre Chalumeau sur le nouvel album du groupe punk-rock, Frank Carter & The Rattlesnakes. Frank Carter, véritable figure du punk, n’hésite pourtant pas à contrecarrer certains clichés sur ce style. Il évoque notamment à travers ses textes certaines incarnations de la virilité toxique, il aborde la santé mentale, et se positionne comme féministe. Le dernier single de l’artiste « Brambles » sonne relativement calme, à la différence de certains titres de l’album, qui sortira lui en janvier. Ambre Chalumeau conclu ses recommandations culture du week-end avec le livre « L’information, consommation ». Une réédition de dessins du célèbre dessinateur Sempé de 1968. Il s’amuse notamment beaucoup des défauts de la télévision et des journalistes avec son style très caractéristique. Il se moque également de la publicité, des codes sexistes ou encore du marché de l’édition.
En savoir plus sur Ambre Chalumeau

Quotidien
4m41

Quotidien

À suivre