La semaine de Clément Viktorovitch : tuto pratique pour écarter son adversaire (en politique ou au boulot)

"Isolé, brutal, effrayé par le peuple" ou "coupée de ses concitoyens et tentée par l’autoritarisme". Chacun des deux candidats y va de ses petits mots pour qualifier son adversaire. Un procédé efficace surnommé l’attaque ad personam. Des attaques essentiellement portées sur la sincérité, la crédibilité et la personnalité de son adversaire. Emmanuel Macron et Marine Le Pen n’hésitent plus à les utiliser pour tenter de décrédibiliser l’autre et le diaboliser. Pour s’exprimer lors de ses prises de parole. Emmanuel Macron utilise un style littéraire : il use de concepts mobilisateurs pour plaire, mais reste toujours vague, sans prendre le risque de définir sa pensée. Marine Le Pen est-elle poète ? En meeting, ses discours sont remplis de jolies phrases pleines de métaphores. Mais comme son adversaire Emmanuel Macron, elles lui servent surtout à ne pas se risquer à définir sa pensée. 

7m
Dispo + 30jQuotidien

Vidéos similaires

1m53
EXTRACT - Vendredi 15/04/22 - 19:57Emmanuel Macron, l'expert de la rhétorique du videQuotidien
11m
EXTRACT - Vendredi 15/04/22 - 19:3019h30 Médias : le voile et l’écologie de retour dans la campagneQuotidien
5m
EXTRACT - Mardi 05/04/22 - 19:59Emmanuel Macron et l’extrême droite, l'arroseur arroséQuotidien
4m16
9m
EXTRACT - Mercredi 30/03/22 - 19:3019h30 Médias – Lueur d’espoir en Ukraine : faut-il y croire ?Quotidien
12m
14m