La Zone Mazaurette : comment le “Dry January” peut améliorer votre sexualité

Janvier est le mois idéal pour prendre de bonnes résolutions. Parmi elles, on retrouve souvent l’arrêt de consommer de l’alcool, particulièrement après les fêtes de fin d’année. Le “Dry January" est une campagne de santé publique incitant à l'absence de consommation d'alcool durant tout le mois de janvier. Originaire du Royaume-Uni, elle se diffuse progressivement dans le reste des pays occidentaux grâce aux réseaux sociaux. Si cette pratique améliore la santé des individus, elle a également des bienfaits sur leur sexualité. Des études montrent que les jeunes Françaises ont une sexualité plus permissive depuis ces dernières années. En effet, chez les moins de 25 ans deux sur cinq ont déjà couché le premier soir, une sur cinq a déjà couché sans connaître le prénom de leur partenaire et une sur sept a déjà participé à une “sex-party". Cette vague de liberté sexuelle a été permise, entre autres, grâce au mouvement MeToo, à l’accès à des contenus plus trash via Internet, la banalisation du sexe anonyme, l’utilisation des applications de rencontres et le refus de la culpabilisation sexuelle chez une génération très féministe. Aujourd’hui, on parle plus facilement de la ménopause chez les femmes après 50 ans. Mais ce phénomène appelé l’andropause existe aussi chez les hommes. Les hommes observent une baisse du taux de testostérone vers 40 ans. Cette diminution progressive peut entraîner moins de désir, moins d’érections, moins de masse musculaire et moins de pilosité chez les individus vers 60 ans. Mais pas de panique : on peut voir ce phénomène comme un défi pour vivre une véritable émancipation sexuelle et gagner en sagesse. L’auteur Romain Gary aborde ce moment-clé de la vie d’un homme dans son roman culte “Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable”.
En savoir plus sur Maïa Mazaurette

Quotidien
5m

Quotidien

À suivre