Le cinéma, nouvelle vitrine du “soft power” de l’Arabie Saoudite

Le Royaume saoudien tente de s’imposer sur la scène internationale grâce au cinéma. Crée en 2021, le Red Sea International Film Festival qui dépend du ministère de la Culture de l’Arabie Saoudite finance en partie le prochain film de Maïwenn “Jeanne du Barry”. C’est la première fois que la monarchie ultraconservatrice finance un film français alors que le cinéma n’est légal que depuis cinq ans dans le pays. Ce projet fait partie du plan de “soft power Vision 2030” porté par le prince héritier Mohammed Ben Salmane qui repose sur l’art, la musique et le cinéma. La monarchie s’est félicitée publiquement de soutenir Maïwenn, une réalisatrice. Néanmoins, l’Arabie Saoudite est toujours fustigée par les activistes pour le non-respect des droits des femmes.

2m21

Quotidien

À suivre