Marine Le Pen et les journalistes : le vernis de la dédiabolisation s’écaille

Marine Le Pen choisit les journalistes pour ses meetings et ses conférences de presse. L’information n’est pas nouvelle. En temps normal, elle pourrait même être anecdotique sinon classique. Dans le cadre d’un second tour, cette sélection pose davantage question. Lors d’une conférence de presse mardi, la candidate du Rassemblement national a assumé face caméra et avec le sourire être celle qui « décide » qui est journaliste et qui ne l’est pas, qui peut assister à sa campagne et qui ne peut pas. Une position qui tranche avec le calme, la rondeur et l’apaisement joué ces derniers mois par Marine Le Pen. Une position qui fait craquer le vernis de la « dédiabolisation » et qui inquiète les cadres de son parti.

2m27

Quotidien

À suivre