Zoom – Refus d’obtempérer : pourquoi le motif de "légitime défense" fait débat

Samedi dernier à Paris, la police a ouvert le feu sur un véhicule après un refus d’obtempérer. Le conducteur, blessé au thorax, est toujours hospitalisé. Sa passagère, blessée à la tête, a succombé à ses blessures. L’affaire est rapidement devenue politique, avec d’un côté ceux qui estiment que la police a fait un usage disproportionné de la force et de l’autre ceux qui défendent la « légitime défense » des policiers. Si l’affaire est aussi explosive, c’est parce que le terme même de « légitime défense » est plus complexe qu’il en a l’air.

4m37
Dispo + 30jQuotidien