Roch Moréno

Roch Moreno

  • Moréno
  • Roch
  • Retraité

biographie Roch Moreno

Roch Moréno (Pascal Casanova)

Père de Sylvain Moréno 

Beau-père de Christelle Moréno 

Grand-père de Dylan, Jessica et Betty Moréno

C’est le patriarche de la famille Moreno. Une famille très haute en couleurs, toujours en train de gueuler, de s’engueuler… Mais qui s’adore. L’incarnation de l’ancien Sète, la mémoire de la ville en quelque sorte. Magouilleur invétéré, il traîne dans des petites combines rarement dangereuses ou en tout cas jamais méchantes. Il adore ses petits-enfants. Il est très protecteur avec eux, surtout avec la cadette Betty. Il aime beaucoup taquiner les jumeaux sur leur côté peu trop superficiel. 

À l’entendre, depuis soixante ans qu’il habite à Sète, Roch a exercé tous les métiers : pêcheur, docker, garagiste, chef de chantier, secrétaire de direction, sergent dans l’armée, gigolo ou vendeur de cerfs-volants. Mais jamais très longtemps apparemment. La vérité, c’est surtout que Roch est une figure locale, qui connaît tout le monde, et que tout le monde connaît, toujours prêt à donner un coup de main, à refiler un tuyau ou à raconter des histoires à dormir debout. Impossible de savoir quand il dit vrai ou non. Mais Roch est comme ça, et c’est à prendre ou à laisser. 

Roch est certes un magouilleur, mais il revendique néanmoins une éthique stricte qu’il entend faire respecter dans sa famille : on peut flirter avec la légalité et tenter des combines, mais on ne vole pas, on ne deale pas, et on ne frappe pas (en tous cas pas en-dessous de la ceinture). Les Moréno sont des débrouillards, pas des criminels ! Car si Roch s’arrange parfois avec sa conscience, il y a bien une chose avec laquelle il ne transigera jamais : sa famille. 

Depuis le décès de sa femme, il y a 10 ans, Roch s’est installé chez son fils aîné Sylvain, qui a eu la faiblesse de ne pas lui refuser l’hospitalité. Mais derrière son côté gouailleur, Roch est d’abord et avant tout un homme sensible, qui ne supporte pas l’injustice et qui couve ses petits-enfants comme la prunelle de ses yeux, quitte à aller donner le coup de poing s’il faut défendre l’un d’eux.

Lire la suite  

autour de Roch Moreno