"Xavier Deluc est devenu mon grand frère"

Voir le site Section de recherches

FRANCK SEMONIN - Sexy à mort - Section de recherches
Par Vanessa VINCENT|Ecrit pour HD1|2015-01-20T11:31:00.000Z, mis à jour 2015-01-20T11:36:46.000Z

La neuvième saison de "Section de recherches" s'annonce mouvementée pour le lieutenant Auriol, qui doit trouver un équilibre entre ses nouvelles responsabilités de père et son métier. Un an après son arrivée dans la série, Franck Sémonin confie son épanouissement, entouré d'une équipe unie et, surtout, de Xavier Deluc, un allié et un modèle. Il revient sur son rôle, auquel il s'est rapidement attaché, et sur ses sources d'inspiration.

En début de saison, les téléspectateurs découvrent Lucas dépassé par ses obligations familiales. Va-t-il pouvoir conjuguer travail et vie privée ?
Tout le problème de Lucas réside en cette incapacité à gérer à la fois sa vie d'homme et celle de père célibataire. Séducteur invétéré, il a refusé toute vie affective fixe car son travail a toujours tenu la première place dans son existence. En s'occupant à temps plein d'Elliot, qui a juste un an, il comprend la difficulté des mères isolées qui élèvent seules leurs enfants. Il va apprendre à ses dépens qu'assumer seul un jeune enfant est extrêmement complexe. Très intelligemment, le capitaine Bernier va l'aider à réfléchir à sa situation et lui donner des clés pour repartir de bon pied.

Un modus vivendi est-il envisageable avec Muriel, l'ex-compagne de la maman défunte d'Elliot ?
Muriel revendique des droits sur cet enfant et menace Lucas de le traîner en justice s'il ne répond pas à ses revendications. La première réaction de Lucas va être de sortir les griffes car cette femme a tenté d'enlever son fils et de l'emmener en Italie. Ils vont, pourtant, finir par trouver un terrain d'entente pour le bien du petit. Tous les deux pourront voir grandir cet enfant et profiter de lui, loin des tribunaux.

Lucas est hanté par la mort de Nawel Berki, son grand amour, et il est fermement décidé à la venger. Jusqu'où est-il prêt à aller ?
Lucas navigue en eau trouble. Il va tout faire pour mettre un nom sur le commanditaire du meurtre de Nawel. Il a soif de vengeance, mais est-il prêt à faire justice lui-même ? Bernier va essayer de le résonner et lui proposer son aide. Mais complètement aveuglé par la colère, Lucas est sur le point de commettre l'irréparable...

Comment qualifierez-vous les liens qui unissent Lucas et Martin ?
Ces deux hommes sont aussi proches que complémentaires. Il y a une bienveillance naturelle entre eux deux. Martin incarne la sagesse alors que Lucas est encore un jeune chien fou. Si Martin demeure le supérieur hiérarchique de Lucas, leur connivence et leur amitié ne sont un secret pour personne et l'équipe ne s'étonne pas de les voir passer la journée en mer ensemble. La force de ce duo repose sur une confiance mutuelle et une belle complicité.

Qu'en est-il lorsque les caméras s'éteignent ?
Lorsque je suis arrivé dans la série l'an dernier, j'ai longtemps observé Xavier Deluc, pour lequel j'ai un grand respect. Aujourd'hui, Xavier est devenu mon grand frère, mon guide dans ce métier, et je pèse mes mots. Face à un comédien qui a trente-cinq ans de carrière, je me suis fait tout petit et je l'ai écouté. Xavier est une référence dans le métier et c'est une chance de jouer avec lui. Je ne cesse d'apprendre à ses côtés car sur un plateau, il est incontournable. Il n'hésite pas à proposer des angles de caméras, à suggérer des lumières différentes, des déplacements pour alléger des prises de vues. Il met son nez dans les scénarios et débloquent parfois des situations qui posent problèmes aux réalisateurs... Grâce à ses interventions, il nous arrive de gagner une heure de tournage ! Entre nous, l'alchimie opère et notre relation est très importante pour moi. Par ailleurs, nous partageons l'amour de la musique même si je suis plutôt rock blues et lui, rock anglais un peu plus saillant. Je lui ai offert un mini-ampli qui lui a donné envie d'acheter une guitare. Il nous reste juste à trouver du temps pour plaquer les accords !

Lucas apparaît troublé par le départ de Roxane, qui part faire sa vie avec le procureur à Paris. Eprouvait-il des sentiments pour elle ?
Certainement et il y a un acte manqué derrière leur relation qui n'a jamais dépassé le stade amical. Dès leur première rencontre, Lucas est tombé sous le charme de cette femme. Une complicité est née, mais Lucas n'a pas su lire ce qui se cachait derrière ses longs regards. Il n'a pas su comprendre la jalousie qui la rongeait lorsqu'il passait du temps avec la nourrice d'Elliot. Au moment où il prend conscience qu'elle compte plus qu'une amie, il est déjà trop tard. Lucas prend d'autant plus mal la nouvelle du départ de Roxane, qu'elle s'en va pour les beaux yeux du procureur. Or, Lucas n'a pas le sentiment que cet homme soit fait pour elle. Il n'est pas assez «animal», protecteur et manque de charisme. Pour Lucas, l'heure est à la déception. Reviendra-t-elle ? Personnellement, je verrais d'un très bon œil qu'elle s'ennuie dans les bras de son procureur et qu'elle vienne retrouver Lucas...

Vous incarnez le lieutenant Auriol depuis deux ans. Vous êtes-vous attaché à ce personnage ?
Enormément. J'adore les polars depuis ma plus tendre enfance et j'ai une profonde admiration pour les grandes gueules du cinéma français à l'image d'Alain Delon, Jean Gabin, Daniel Duval, Lino Ventura ou encore Philippe Léotard. Ils ont forgé mon univers cinématographique. Mon père m'a donné le goût des westerns et je ne compte plus les soirées passées à ses côtés, à suivre La dernière séance. Je suis tellement empreint de ces atmosphères que mon deuxième fils s'appelle Gabin... Mon personnage me permet de jouer avec toute une palette d'émotions et je n'ai qu'un souhait : incarner le rôle de Lucas de nombreuses années si le public continue de nous accorder sa fidélité. Je sais d'où je viens. J'ai débuté ma carrière dans un petit théâtre formidable du Mans et suis aujourd'hui au générique d'une des séries les plus regardées en France. Que puis-je demander de plus ?