Yves Rénier dans la peau du séduisant écrivain Paul Veber

Voir le site Section de recherches

Section de recherches - Roman noir
Par etf1|Ecrit pour HD1|2011-02-24T10:59:00.000Z, mis à jour 2011-03-04T13:17:09.000Z

Pour le lancement de la 5e saison, SECTION DE RECHERCHES s'offre un guest de choix en la personne d'Yves Rénier, dans le double épisode Roman Noir. L'acteur campe le séduisant et énigmatique Paul Veber, un écrivain à succès, sombre et peu respectueux de la loi, soupçonné du meurtre d'une jeune animatrice radio. L'occasion pour Yves Rénier de se retrouver de l'autre côté de la barrière et de donner la réplique à son ami Xavier Deluc. JEUDI 10 MARS à 20:45.

Votre personnage a un lourd passé puisqu'il avait déjà été suspecté de meurtre et de viol avant cette affaire ...


Paul Veber est un écrivain dont on ne sait pas, jusqu'au bout, s'il est coupable ou innocent. Pour une fois, au lieu de jouer un flic, je joue un présumé coupable et j'ai trouvé ce rôle très agréable à interpréter, moi qui suis marqué par mon rôle de Commissaire Moulin ! Il est toujours amusant de jouer d'autres personnages et de ne pas être perpétuellement assimilé à un policier ! C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai été ravi de tourner ces épisodes ! Mais je suis toujours rattrapé par mon passé, du fait des nombreuses rediffusions toujours à l'antenne !


Qu'est-ce qui vous a plu dans votre personnage ? Est-il proche de vous ?


Ce qui m'intéresse, c'est la variété des rôles. Mais, au contraire de mon personnage, je ne suis pas énigmatique et je n'ai jamais été un séducteur. Même s'il est toujours agréable de plaire, je dis trop les choses telles qu'elles sont pour avoir jamais été tenté par le jeu de la séduction.


Vos scènes de tête-à-tête avec Xavier Deluc sont très fortes. Connaissiez-vous l'homme et l'acteur ?


C'est un ami, on se connaît très bien et on s'apprécie. Je trouve que c'est un bon acteur et j'aime son parcours. Nous avons tourné plusieurs films ensemble : je l'avais dirigé dans Kidnapping (2005), un Commissaire Moulin que j'avais réalisé avec Johnny Hallyday où il jouait le patron de la BRI*. Nous avons aussi tourné une série canadienne dans le Grand Nord. Sa présence est l'une des raisons pour lesquelles j'ai accepté de jouer dans ces 2 épisodes. J'ai beaucoup aimé tourner nos scènes de tête-à-tête.


Quelles sont les autres raisons qui vous ont poussé à accepter ce rôle ?


La présence de la productrice, Dominique Lancelot, que j'adore ! Elle est la femme de mon ami, le réalisateur Gérard Marx avec qui j'ai tourné plusieurs Commissaire Moulin. J'étais donc en pays de connaissances et j'aime cela. C'est une bonne expérience. D'autre part, je n'avais jamais fait de films à Bordeaux et cela m'a donné l'occasion de connaître cette ville et de découvrir ses bons restaurants.


Connaissiez-vous la série ?


Oui, bien sûr, j'avais déjà vu plusieurs épisodes. C'est une série qui se tient.


Un mot sur l'ambiance de tournage...


J'ai trouvé intéressante la façon de tourner, avec la présence d'un coach, et un texte à dire à la virgule près. C'est la première fois que je travaille de cette façon-là. J'avais vu cette méthode aux Etats-Unis mais jamais en France : tout est découpé, préparé, déterminé à la minute près! Il n'y a aucune place pour l'improvisation. J'étais assez admiratif de l'organisation très à l'américaine instaurée par Dominique. Cela peut paraître contraignant mais je comprends que mieux vaut être très organisé lorsque l'on doit gérer le tournage de plusieurs épisodes en même temps.


Quels sont vos projets ?


Je vais mettre en scène un film, actuellement en cours d'écriture, interprété par Mathilde Seigner.

*BRI : Brigade de Recherche et d'Intervention de la Police Nationale française.


Propos recueillis par Emmanuelle PAPIN de TF1.