Arnaud Tabarec "On a des finalistes qui ont à coeur de bien faire les choses"

Voir le site Hell's Kitchen

Fin de service pour les finalistes
Par MYTF1|Ecrit pour NT1|2016-02-12T11:40:22.815Z, mis à jour 2016-02-12T11:48:40.424Z

Alors que la finale approche à grand pas, Arnaud Tabarec nous raconte l'intégration des trois demi-finalistes au sein de ses cuisines. A découvrir sur MYTF1.

Vous avez invité les quatre cuisiniers en compétition, Akané, Jean-Rémi, Nicolas et Patricia dans votre restaurant à Cannes.
Le premier défi était de reproduire un plat de poisson le plus fidèlement possible. 

Dans quel état d’esprit sont arrivés les candidats dans votre restaurant ?
Ils étaient curieux de découvrir mon univers. Quel était mon terrain de jeu ? Comment sont mes cuisines ? Je pense que c’était très intéressant pour eux de voir et de changer d’air. Ça leur a fait du bien de voir la mer, Cannes, le restaurant. Et puis, ils arrivent à un stade de la compétition où ils sentent bien que la fin est proche et qu’il va falloir tout donner. C’est aussi la petite parenthèse sympa pour les remercier de tout le travail accompli, de s’être donner à fond. C’est ma manière à moi de leur dire merci.

Avez-vous senti un stress palpable ?
Ah oui ! Au-delà du fait qu’on arrive à la fin de la compétition, ils arrivent dans mon monde à moi. Encore plus que dans les cuisines de Hell’s Kitchen, ils n’ont pas le droit à l’erreur. Et je pense qu’ils le sentent. Ce restaurant, c’est mon bébé. Ils ressentent que je me suis beaucoup investi dans ce restaurant : je l’ai pensé et je le vis tous les jours. Les cuisiniers sentent qu’il y a une pression supplémentaire qu’au Château.

Vous leur avez lancé un défi. Reproduire votre recette la plus fidèlement possible. 
Avez-vous été satisfait de leur travail ? 
Pas pour tout ! Globalement, j’ai plutôt été déçu. Mais cette épreuve leur permettait de comprendre que leur arme est leur palais. Il faut goûter, goûter, goûter… et ça se travaille ! C’est comme le cerveau et un muscle. Il faut aussi voyager, manger dans d’autres restaurants… Il faut vraiment éduquer son palais. Ils ont encore beaucoup de choses à apprendre au niveau du palais.

A l'issu de cette épreuve, Patricia a quitté l'aventure. 
Akané, Jean-Rémi et Nicolas ont eu le privilège de cuisiner au sein de votre restaurant.  
Aviez-vous une appréhension à intégrer trois nouveaux cuisiniers au sein de votre brigade ? 
Ma brigade, c’est ma famille. Je suis très lié à eux et nous sommes très proches. Intégrer des nouveaux éléments est toujours compliqué. Donc de voir de nouvelles têtes dans ma cuisine, même pour moi, c’était déstabilisant parce que chez moi, tout est rôdé. Mes sous-chefs, mes cuisiniers, ils n’ont même plus besoin de m’entendre. Ils me regardent et ils savent si je suis content ou pas. Ça roule parce qu’ils me connaissent. C’est vrai que pour les cuisiniers de Hell’s Kitchen, c’est plus « Rock’n roll » pour eux, comme pour moi !

Comment s’est passée leur intégration avec votre brigade ? Y a-t-il eu une préparation particulière ?
Non, mes cuisiniers sont plutôt cool et sympas. Ils sont dans l’accueil. Le but est de montrer ce qu’on est, d’être accueillants, d’aider, d’épauler le plus possible et d’essayer de faire grandir les gens. On se rend meilleur les uns les autres.

Akané, Nicolas et Jean-Rémi, les finalistes sont passés Chef de partie chacun leur tour. Lequel a le mieux réussi dans cette mission ? Pourquoi ? 
Globalement, ils m’ont tous satisfait car ils avaient tous envie de bien faire les choses. Certains ont plus évolué que les autres mais je suis hyper fier des trois. Apprendre, ça se fait avec le temps. Mais l’envie, je ne peux pas leur donner. Les trois demi-finalistes ont cette envie commune de faire plaisir aux clients. Et ça, c’est le principal. En tout cas, les qualités essentielles pour être un bon cuisinier, ils l’ont. La vraie victoire est là : on a trois demi-finalistes qui ont à cœur de bien faire les choses !

Rendez-vous jeudi 18 février sur NT1 et MYTF1 pour la grande Finale de Hell's Kitchen.

en savoir plus : Arnaud Tabarec