Vampire Diaries : "Elijah n'est ni bon, ni mauvais", affirme Daniel Gillies

Voir le site Vampire Diaries

Capture d’écran 2017 07 18 à 14 30 29
Par MYTF1|Ecrit pour NT1|2017-07-25T16:47:23.883Z, mis à jour 2017-08-09T14:00:10.181Z

De passage à Paris pour la convention Welcome to Mystic Falls 3, Daniel Gillies est revenu sur le personnage de "Vampire Diaries" qui l'a fait connaître au grand public : le vampire originel Elijah Mikaelson, aujourd'hui l'un des héros de la série dérivée "The Originals".

De la saison 2 à la saison 4 de Vampire Diaries, Daniel Gillies a prêté ses traits au personnage d'Elijah Mikaelson. Ce dernier est ce qu'on appelle un vampire originel, soit un membre de la famille des tout premiers vampires qui ont foulé la Terre. Pratiquement immortel, un Orignel ne peut être tué que par un être humain. A son arrivée à Mystic Falls, il se lie d'amitié avec Elena, avant de collaborer à plusieurs reprises avec les frères Salvatore. Au fil des années, Elijah a pris davantage d'importance, tant et si bien qu'il fait partie du casting principal de la série dérivée de Vampire Diaries, The Originals

L'occasion pour son interprète, Daniel Gillies, d'approfondir son personnage et de l'apprivoiser chaque jour un peu plus. D'ailleurs selon lui, Elijah "n'est ni bon, ni mauvais". Et quand MYTF1 lui fait remarquer à l'occasion de sa venue à Paris pour la convention Welcome to Mystic Falls 3 qu'il a tout de même un grand sens de la loyauté et de l'honneur, le Néo-zélandais répond : "Je ne suis pas d’accord, je ne l’ai jamais vu comme bon ou méchant, mais plutôt comme quelqu’un qui peut se montrer tyrannique un instant et très décent et beau l’instant d’après." Et l'acteur a un avis très clair sur son personnage . "Si l’on prend en compte ce qu’est un vampire, Elijah est exactement ce qu’il devrait être : un cannibale, vicieux par nécessité, et pour lui c’est une question de survie. Je pense qu’il est autant capable de faire une déclaration d'amour magnifique à Haley [dont il est amoureux, ndlr], que de trancher la main de quelqu’un sans hésitation. Il ne peut jamais être ennuyeux, il est un peu comme un gangster au final", analyse Daniel Gillies.