Vampire Diaries : "J’ai une vision très déformée du bien et du mal", révèle Michael Malarkey

Voir le site Vampire Diaries

Vampire Diaries : Le don de Damon
Par A.D|Ecrit pour NT1|2017-08-17T13:54:52.081Z, mis à jour 2017-08-17T13:55:20.726Z

De passage à Paris pour la convention Welcome to Mystic Falls 3, Michael Malarkey est revenu sur son opinion des personnages qu’il a cotoyés dans Vampire Diaries, à savoir Damon et Stefan, mais surtout Enzo, qu’il a incarné pendant trois saisons.

Michael Malarkey aime se donner à fond dans les projets qu’il entreprend. Le tournage pendant trois saisons de Vampire Diaries a été pour lui une expérience unique dans le sens où c’était la première fois qu’il travaillait aussi longtemps avec le même groupe de personnes (voir vidéo ci-dessous). Mais ce que le comédien qui incarne Enzo dans la série a tout particulièrement apprécié, c’est de construire ce personnage de A à Z, et de voir la liberté de jeu qu’il avait pour ce faire. Comme il l’a dit lui-même à MYTF1 lors de sa venue à Paris pour la convention Welcome to Mystic Falls 3, ce qu’il adore "en tant qu’acteur, c’est de créer un personnage à partir de rien, et de lui donner une histoire, un vécu".

"J’ai abordé mon personnage comme un être humain d’une certaine façon, en l’incarnant comme j’aurais incarné un type aux circonstances et dans une situation similaires", a ajouté Michael Malarkey. "Je ne me suis pas réellement inspiré de personnages déjà existants", a par ailleurs confié l’acteur, pour la simple et bonne raison qu’il a toujours trouvé le challenge plus intéressant sans référence extérieure.

Ni Damon, ni Stefan...

Quant à sa vision du duo infernal Damon – Stefan, le comédien est bien en peine de décider lequel des deux frères est au final le meilleur "homme". "J’ai une vision très faussée, déformée du bien et du mal", a confié Michael Malarkey.  "Je pense que chacun en fonction de son expérience personnelle a sa définition de ces concepts", a-t-il ajouté. En conséquence, lorsqu’il s’agit de Damon et Stefan, l’acteur estime qu’ "ils ont à l’évidence fait tous les deux de mauvais choix au cours de leur vie, mais aucun n’est meilleur que l’autre."

VIDEO. "La famille Vampire me manque", confie Michael Malarkey