Voici le prologue et le premier chapître du "Journal de Stefan"

Voir le site Vampire Diaries

Journal d'un vampire
Par TF1|Ecrit pour NT1|2011-02-02T17:40:00.000Z, mis à jour 2011-02-03T10:32:11.000Z

Inédit : découvrez sans plus attendre le premier extrait du livre "Le Journal de Stefan".

Prologue :


Ils l'appellent l'heure fatale, ce moment, vers la mi-nuit, où tous les humains dorment, lorsque les créatures de l'ombre peuvent les entendre respirer, sentir leur sang, regarder leurs rêves se déployer. À cette heure, le monde nous appartient : nous sommes libres de chasser, de tuer, de protéger.

C'est le moment auquel j'éprouve l'envie la plus forte de boire. Pourtant, je me retiens. De cette façon, en choisissant pour seules proies des animaux dont le sang jamais ne se précipite sous l'effet du désir, dont le coeur ne palpite pas de joie, des animaux non animés de rêves, je garde mon destin en main. Je tiens à distance les forces du mal et je parviens à maîtriser mon pouvoir.

C'est pourquoi, au cours des nuits où l'odeur du sang m'assaille, sachant que, d'une seconde à l'autre, je pourrais rallier cette force à laquelle j'ai résisté si longtemps et que je continuerai de rejeter pour l'éternité, il faut que j'écrive. En rédigeant mon histoire, en voyant diverses scènes et années de ma vie s'articuler ainsi les unes par rapport aux autres, comme des perles sur une chaîne sans fi n, je peux rester en contact avec l'homme que j'étais autrefois, à l'époque où seule la musique du sang battant mes tempes ou frappant ma poitrine me parvenait...


Chapître 1

Le jour où mon destin bascula débuta comme n'importe quel autre. C'était en août 1864, un jour de chaleur si oppressante que même les mouches avaient cessé de grouiller autour des écuries. Les enfants des domestiques, qui d'ordinaire batifolaient et se pourchassaient en criant entre deux corvées, restaient silencieux. Tout était calme, l'air semblait suspendu au fi l d'un orage fortement attendu. L'après-midi, j'avais prévu de monter ma jument, Mezzanotte, dans la fraîcheur de la forêt qui bordait le domaine de Veritas où j'habitais avec ma famille. J'avais glissé un livre dans ma sacoche, bien décidé à m'éclipser, en toute simplicité. Mon été avait pour l'essentiel été rythmé par ces escapades. Du haut de mes dix-sept ans, je ne tenais pas en place et n'étais disposé ni à partir au combat aux côtés de mon frère, ni à écouter mon père m'expliquer comment diriger la propriété. Tous les après-midi, le même espoir m'habitait : à savoir que plusieurs heures de solitude m'aideraient à découvrir qui j'étais vraiment et, surtout, ce que je voulais devenir. J'avais terminé ma scolarité au lycée de garçons au printemps et mon père m'avait contraint à repousser mon inscription à l'université de Virginie jusqu'à ce que la guerre soit terminée. Depuis, j'avais étrangement louvoyé dans un entre-deux - n'étant plus un garçon mais pas encore un homme non plus, j'ignorais quoi faire de ma vie.
Le pire, c'est que je n'avais personne à qui me confier. Mon frère Damon avait rallié les troupes du général Groom à Atlanta ; la majeure partie de mes amis d'enfance, quand ils n'avaient pas eux-mêmes rejoint de lointains champs de bataille, s'apprêtaient à se fi ancer ; quant à mon père, il passait le plus clair de son temps enfermé dans son bureau.
- Va faire encore bien chaud ! cria Robert, notre contremaître, depuis l'entrée de l'écurie où il observait deux lads qui essayaient de brider l'un des chevaux que Père avait acquis à une vente aux enchères la semaine précédente.
- Ouais ! grommelai-je.
Autre problème : alors que je mourais d'envie de trouver quelqu'un à qui parler, face à un interlocuteur je n'étais jamais satisfait. J'aurais voulu pouvoir rencontrer une personne qui me comprendrait, avec laquelle je pourrais discuter de la vie en général et de la littérature en particulier et pas seulement de météorologie. Robert était gentil et c'était l'un des conseillers de Père les plus respectés, mais il ne parlait pas, il criait, avec une exubérance telle que même une conversation de dix minutes risquait de m'épuiser.
- Vous avez entendu la dernière ? me demanda-t-il, abandonnant le cheval pour marcher vers moi. Intérieurement, je lâchai un grognement, puis fis non de la tête.

Pour lire la suite de ce chapitre du "Journal de Stefan", cliquez ici


Retrouvez "Journal de Stefan" de L.J. Smith le 2 mars en librairie. Prix public conseillé : 15 euros. Tous droits réservés




Traduit de l'anglais (États-Unis) par Aude Lemoine Photo de couverture/Key Artwork :
© 2011 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved.
L'édition originale de cet ouvrage a paru en langue anglaise chez Harper Teen, an imprint of HarperCollins Publishers, sous le titre :
Stefan's Diaries : Origins
© 2010 by Alloy Entertainment and L. J. Smith.
© Hachette Livre, 2011, pour la traduction française.
Hachette Livre, 43 quai de Grenelle, 75015 Paris.