50' inside : 2004, l’année de la transformation pour Charlize Theron

Voir le site 50' inside

Nikos Aliagas a rencontré Charlize Theron
Par Lorelei BOQUET-VAUTOR|Ecrit pour TF1|2017-04-09T06:57:07.847Z, mis à jour 2017-04-09T07:13:22.927Z

Elle est l’une des femmes les plus glamour de la planète. Cette semaine, elle s’est confiée à Nikos Aliagas dans 50’Inside, à l’occasion de la sortie de Fast & Furious 8.

Depuis plus de 10 ans, Charlize Theron est cette femme à la plastique de rêve représentant la maison Dior à travers le parfum J’Adore. Mais avant d’être cette star incontournable, c’est en Italie qu’elle a bâtit le début de sa carrière en remportant un grand concours de mannequin, jusqu’à se faire remarquer par des réalisateurs. Mais pour elle, l’année où tout a changé, c’est 2004.

 A l’époque, alors qu’elle n’a encore que peu d’expérience dans le monde du cinéma, elle accepte de faire une croix sur sa belle allure pour le tournage de Monster. Elle y prend 15 kilos et s’enlaidit pour pouvoir incarner le personnage de Aileen, une prostituée qui en vient bien malgré elle au meurtre. Sa prestation si surprenante la mènera jusqu'à l’Oscar le 29 février 2004. 

Une telle prestation en poche c’est certain, amène à devenir plus célèbre. C’est ainsi que le 11 mars 2004, l’actrice foulait à nouveau le sol de sa terre natale, pour y faire la rencontre de Nelson Mandela. Faire connaissance avec le prix Nobel de la Paix a été un honneur mémorable pour la jeune actrice. Mais celui qui représentait la lutte contre l’Apartheid a aussi vu en elle la possibilité de faire que le monde entier tourne les yeux vers l’Afrique du Sud. En 2007, Charlize Theron a crée sa propre fondation pour venir en aide à la jeunesse africaine et lutter contre le Sida.

 Dans Fast & Furious 8 son tout dernier film, Charlize Theron change d’allure à nouveau, se présentant avec une longue chevelure blond polaire et avec des dreads. Elle y incarne un personnage froid et manipulateur, bien loin de l’image qu’elle donne d’elle même au quotidien. 

en savoir plus : Nikos Aliagas