50' inside : 3 pommes par jour - quand les mannequins tombent dans l’anorexie

Voir le site 50' inside

mode
Par Lorelei BOQUET-VAUTOR|Ecrit pour TF1|2016-01-30T18:17:47.467Z, mis à jour 2016-01-30T18:29:03.911Z

Des mannequins qui défilent sur les podiums avec des corps minuscules, ce n’est pas nouveau. Le problème est régulièrement décrié partout dans le monde. Désormais pourtant, mêmes les principales intéressées se rebellent.

En pleine Fashion Week parisienne, le sujet est on ne peut plus d’actualité. Elles sont des centaines à arpenter les podiums de mode pour présenter les pièces qui seront à la mode dans quelques mois. Mais, si l’on bave d’envie devant les pièces qu’elles présentent, impossible de ne pas remarquer leur taille longiligne et leur corps maigrissime… 
Ils sont nombreux à décrier la maigreur imposée par la mode aux les femmes depuis des années et le fait que de plus en plus de mannequins souffrent d'anorexie. Celles qui ont un tour de hanches supérieur à 90 cm ou qui n’entrent pas dans des vêtements taille 32 sont écartés. Jusqu’ici, rien ni personne ne s’était mis en travers des marques de luxe qui exploitent le corps de jeunes femmes, tels des porte-manteaux.  

En route pour la rébellion

Depuis quelques mois pourtant, les choses semblent enfin évoluer. En France une loi a été adoptée en décembre dernier dans le but de protéger les tops. Quand cette dernière sera en vigueur, tous les mannequins souhaitant défiler dans le pays devront présenter un certificat médical attestant qu’elles sont en bonne santé.

Trop grosses pour défiler

Plus que les autorités, les mannequins eux-mêmes commencent à dénoncer la face cachée de la mode. Sur les réseaux sociaux cet été, une jeune mannequin se filmait en sous-vêtements, se plaignant qu’on refusait de la faire défiler, sous prétexte qu’elle était trop grosse.
Il y a quelques semaines, l’ancien top Victoire Maçon-Dauxerre publiait un livre : Jamais assez maigre, Journal d’un top model. A l’intérieur, elle y raconte les coulisses des défilés, où tout le monde fait semblant de manger, puis s’empresse de se faire vomir, dès les caméras disparues. Elle y explique aussi, comment sans parler de régime, les agents des mannequins font en sorte que ces derniers perdent du poids. Une expérience qu’elle a elle-même vécu et qui l’a amenée à ne plus manger que trois pommes par jour.
En grande- Bretagne aussi, certaines entendent bien changer les choses. Rosie Nelson la première, a lancé il y a quelques semaines une pétition sur Internet afin de soumettre au gouvernement un projet de loi pour protéger les mannequins. Un vrai succès puisqu’elle a déjà recueilli plus de 118 000 signatures. Si elle continue à exercer son métier sur des shootings, les portes des défilés lui sont fermées depuis qu’elle a repris du poids. Désormais, elle pèse 56kg pour 1m78 et n’a pas l’intention de changer.